Statements

Dans le passé, la solidarité internationale a déjà déçu le peuple chilien. Elle ne doit pas le décevoir aujourd'hui.

Des député·e·s et des personnalités publiques de plus de 15 pays s’unissent pour défendre la démocratie chilienne avant les élections du 19 décembre.
Nous vous écrivons pour vous faire part de notre vive inquiétude concernant l'élection présidentielle du 19 décembre au Chili.
Nous vous écrivons pour vous faire part de notre vive inquiétude concernant l'élection présidentielle du 19 décembre au Chili.

Pour la première fois depuis la transition du Chili vers la démocratie en 1990, un candidat présidentiel important, José Antonio Kast, a non seulement endossé l'héritage du dictateur chilien Augusto Pinochet, mais a proposé un programme politique pour le faire revivre. Les gouvernements étrangers ont joué un rôle sordide en finançant, facilitant et légitimant l'ascension et le règne de Pinochet. Nous, député·e·s et personnalités du monde entier, ne répéterons pas leur erreur.

José Antonio Kast n'a cessé de défendre la dictature militaire et le coup d'État violent qui l'a portée au pouvoir en 1973. « Je les remercie de nous avoir donné la liberté », a déclaré M. Kast. Lors de la campagne présidentielle de 2017, il a déclaré : « Dans le gouvernement militaire, beaucoup de choses ont été faites pour les droits humains d'autres personnes », niant carrément les horreurs perpétrées contre des milliers de Chiliens. Kast ne cache pas son affinité avec Pinochet. « Si Pinochet était vivant, il voterait pour moi », a déclaré Kast.

Kast ne défend pas seulement le pinochettisme, il promet également de restaurer son héritage au sein du gouvernement. Le projet de gouvernement proposé par Kast prévoit de supprimer le ministère des femmes et d'interdire l'avortement, d'introduire une CIE chilienne pour détenir les migrant·e·s et de déployer les forces de sécurité pour persécuter les dissident·e·s politique·s, de se retirer du Conseil des droits de l'homme des Nations unies et de gracier les tortionnaires de la dictature militaire, et d'introduire de nouveaux pouvoirs présidentiels d'urgence pour déployer les forces de sécurité. Ce même programme nie le changement climatique, « redéfinit » le statut des peuples indigènes et met fin à leurs droits internationalement reconnus à la consultation préalable, et privatise radicalement les ressources naturelles du Chili.

Les élu·e·s du parti républicain de Kast ont déjà donné quelques indications sur ce que représenterait son gouvernement : une menace extraordinaire pour les femmes, les immigrant·e·s et les nations indigènes. Le député nouvellement élu Johannes Kaiser s'est récemment demandé si le droit de vote des femmes « était une bonne idée ». Pour le citer en entier : « Les femmes cessent d'aller au parc parce qu'elles ont peur des immigrants qui pourraient les violer, mais elles continuent de voter pour les mêmes partis qui font entrer ces gens, et on se demande vraiment si le droit de vote [des femmes] était une bonne idée », a-t-il déclaré.

Pendant des décennies, le peuple chilien a lutté pour enterrer l'héritage du pinochettisme dans son pays. Des milliers de personnes ont perdu la vie pendant la dictature et des millions d'autres se sont mobilisées pour renverser Pinochet et restaurer la dignité du pays. Trois décennies plus tard, dans le mouvement de protestation qui a débuté en octobre 2019, le peuple chilien s'est à nouveau levé pour défendre la souveraineté populaire, en gagnant le droit à un processus de Convention constitutionnelle auquel José Antonio Kast s'est opposé depuis le début et qu'il promet aujourd'hui de violer.

La solidarité internationale a accompagné le peuple du Chili de Pinochet. Et elle ne doit pas faire défaut aux Chilien·ne·s aujourd'hui. Nous écrivons maintenant pour défendre la démocratie chilienne, pour défendre le vote écrasant en faveur de la rédaction d'une nouvelle constitution et pour défendre les femmes, les nations indigènes, les migrant·e·s et les principes démocratiques que la victoire de Kast pourrait une fois de plus trahir.

Signataires:

Ada Colau, Maire de Barcelone, Espagne

Rashida Tlaib, membre de la Chambre des représentants, États-Unis d'Amérique

Yanis Varoufakis, membre du Parlement hellénique, Grèce

Celso Amorim, ancien ministre des relations extérieures, Brésil

Ernesto Samper, ancien président, Colombie

Aloizio Mercadante, ancien ministre de l'éducation, Brésil

Jeremy Corbyn, membre du Parlement, Royaume-Uni

Noam Chomsky, linguiste et activiste, États-Unis d'Amérique

Naomi Klein, Auteur, Canada

Jean-Luc Mélenchon, Membre du Parlement européen, France

Christian Rodriguez, Responsable des relations internationales de La France Insoumise, France

Andrés Arauz, Economiste et ancien candidat à la présidence, Equateur

Gerardo Pisarello, Membre du 13ème Congrès des Députés, Espagne

John Hendy QC, Membre de la Chambre des Lords, Royaume-Uni

Graham Morris, Membre du Parlement, Royaume-Uni

Zarah Sultana, Membre du Parlement, Royaume-Uni

Idoia Villanueva, Membre du Parlement européen, Espagne

Richard Burgon, Membre du Parlement, Royaume-Uni

Sam Tarry, Membre du Parlement, Royaume-Uni

Socialistes démocrates d'Amérique, Comité international, États-Unis d'Amérique

Niki Ashton, Membre du Parlement, Canada

Leah Gazan, Membre du Parlement, Canada

Matthew Green, Membre du Parlement, Canada

Alexandre Boulerice - Rosemont-- La Petite-Patrie, Canada

Sevim Dagdalen, Membre du Bundestag, Allemagne

Zaklin Nastic, Membre du Bundestag, Allemagne

Andrej Hunko, Membre du Bundestag, Allemagne

Ali Al-Dailami, Membre du Bundestag, Allemagne

Leila Chaibi, membre du Parlement européen, France

Slavoj Zizek, Auteur et Philosophe, Slovénie

Nicolas Jaar, artiste, États-Unis d'Amérique

Avi Lewis, Auteur et activiste, Canada

Vijay Prashad, auteur et militant, Inde

Antón Gómez-Reino, Vice-président de la Commission des affaires étrangères, Espagne

Lucía Muñoz Dalda, Membre du 13ème Congrès des Députés, Espagne

Alicia Castro, ancienne ambassadrice au Royaume-Uni, Argentine

Crystal Warner, vice-présidente exécutive nationale, Syndicat de l'emploi et de l'immigration du Canada, Canada

Scott Ludlam, ancien sénateur, Australie

Ammar Jan, universitaire et militant, Pakistan

Dr. Yara Hawari, chercheur et activiste, Palestine

Ahdaf Soueif, auteur et militante, Égypte

Srećko Horvat, Philosophe et auteur, Croatie

Photo: Susana Hidalgo, Twitter

Available in
EnglishSpanishFrench
Date
08.12.2021
Source
Original article

More in Statements

Statements
2020-07-14

Appel: Debtors’ Unions, Reparative Public Goods, and the Future of Finance

Receive the Progressive International briefing
Site and identity: Common Knowledge & Robbie Blundell