Ecology

Un Green New Deal pour les travailleurs sud-africains ?

Le COSATU, la plus grande fédération syndicale d'Afrique du Sud, a un plan pour s'attaquer simultanément au changement climatique et au chômage.
Jusqu'à présent, la reconnaissance du lien entre les questions relatives à l'atténuation de la crise climatique et les autres crises économiques a largement fait défaut dans les pays africains.
Jusqu'à présent, la reconnaissance du lien entre les questions relatives à l'atténuation de la crise climatique et les autres crises économiques a largement fait défaut dans les pays africains.

S'exprimant récemment sur une proposition de réforme économique importante, Matthews Parks, coordinateur parlementaire du « Congress of South African Trade Unions » (COSATU, « Congrès des syndicats sud-africains »), a fait la déclaration extraordinaire suivante: « Le déni environnemental et économique est dangereux et ne doit pas être entretenu. Nous pensons que nous pouvons et devons nous attaquer simultanément au changement climatique et au chômage. Tout ce qu'il faut, c'est de la créativité, de la volonté politique, de la planification et des ressources. »

Jusqu'à présent, la reconnaissance du lien entre les questions relatives à l'atténuation de la crise climatique et les autres crises économiques a largement fait défaut dans les pays africains. Les syndicats, en particulier, ont souvent été considérés comme les ennemis de la politique climatique, surtout dans des pays comme l'Afrique du Sud qui possèdent de grandes industries extractives et des syndicats puissants de mineurs et autres travailleurs. Cependant, on a assisté récemment à un changement, de plus en plus de militants radicaux pour le climat reconnaissant la nécessité d'obtenir l'adhésion des syndicats. D'autre part, les syndicats sont de plus en plus souvent convaincus de la nécessité de projets politiques tels que le Green New Deal, notamment dans le contexte d'une inégalité croissante et de pertes d'emplois.

L'Afrique du Sud a des titres peu convoités: pays le plus inégalitaire du monde, 13ème plus grand émetteur de carbone, et avec l’un les taux de chômage les plus élevés au monde. Dans ce contexte, les interventions proposées par le COSATU représentent une lueur d'espoir dans un tableau autrement sombre pour l'engagement de l'Afrique du Sud à s'attaquer à la fois à la triple menace de la pauvreté, de l'inégalité et du chômage, et à la crise climatique. Alors que la proposition élargie se concentre sur une série d'entités publiques en difficulté, l'intervention principale concerne la situation désastreuse d'Eskom, la compagnie d'électricité publique.

Le COSATU, dans son document « Propositions d’interventions clés pour l'économie et Eskom », souligne que ce sont les pauvres et les travailleurs qui feront les frais de l'inaction continue, d'autant plus que les rumeurs concernant un prêt du FMI continuent à circuler. La présentation appelle à un engagement en faveur d'interventions concertées et urgentes dans l'économie avant les discours annuels sur l'état de la nation (par le président Cyril Ramaphosa) et le budget (par le ministre des finances Tito Mboweni) ce mois-ci, sur lesquels reposerait en partie la décision de dégrader ou non la notation de crédit de l'Afrique du Sud pour la faire passer au statut de « junk ».

Sous la bannière d'une « stratégie de redressement d'Eskom favorable aux travailleurs », le COSATU insiste sur les garanties: entre autres choses, Eskom ne sera pas privatisée, aucun travailleur ne perdra son emploi et des investissements importants seront réalisés pour stimuler les industries locales, notamment l'expansion de l'utilisation des énergies renouvelables. En retour, le COSATU soutiendra l'utilisation des fonds de la Société d'investissement public (PIC) qui gère les actifs publics, notamment pour le Fonds de pension des employés du gouvernement (GEPF) et le Fonds d'assurance chômage (UIF). Cela sera fait afin de ramener la dette d'Eskom au niveau « gérable » de 200 milliards de Rands.

Au sens figuré et au sens propre, Parks aurait déclaré: « Les eaux montent. Nous avons tenu à arrêter de parler de transition juste et à faire bouger les choses, pour que nous l'ayons. Nous savons que nous pourrions perdre des secteurs entiers, nous savons que nous sommes confrontés à un bain de sang, donc nous avons besoin que le gouvernement utilise tous les bâtons qu'il a pour forcer l'industrie à envisager des transitions justes pour chaque secteur de l'économie, et pas seulement pour l'énergie. »

Le COSATU semble suivre ce conseil lui-même, en utilisant la crise d'Eskom comme pivot pour garantir une stratégie pro-travailleurs et, pour l'instant du moins, cela pourrait fonctionner. La proposition aurait recueilli un « large soutien » au sein de la plus haute instance décisionnelle de l'ANC et des rapports indiquent qu'un accord pourrait avoir été conclu par des représentants du gouvernement, des entreprises et des syndicats à la suite de récents pourparlers.

Naturellement, il y a des sceptiques. De nombreux membres de la droite ont réagi avec les habituelles campagnes de peur, en présentant cette initiative comme une tentative de « piller » les pensions. Cependant, comme le soutient en détail Dominic Brown, responsable du programme de justice économique au Centre d'information et de développement alternatif (AIDC), basé au Cap, il existe une base économique solide pour élargir le profil d'investissement du PIC et utiliser les excédents du GEPF et de l'UIF pour aider et développer les entités publiques au lieu de les financer par le biais du fisc. C'est précisément le cas lorsque cette dernière option renforcerait l'austérité en limitant le potentiel d'investissement dans les services sociaux et en répondant aux développements des infrastructures, menaçant ainsi de contracter davantage l'économie.

Si les arguments en faveur du développement de l'utilisation des fonds PIC pour des entités comme la compagnie aérienne publique South African Airways sont peut-être moins convaincants, l'importance d'Eskom ne saurait être surestimée. On ne peut pas laisser Eskom échouer, mais elle a besoin d'interventions majeures tant sur le plan opérationnel que financier. Utilisé de manière appropriée, un investissement massif dans Eskom, qui non seulement réduit sa dette mais aussi construit des énergies renouvelables et assure la sécurité financière des travailleurs du secteur de l'extraction du charbon, serait très bénéfique.

Les commentateurs appellent régulièrement à des « réformes structurelles » dans l'économie sud-africaine, sans se soucier de savoir quels sont les problèmes structurels qui doivent être réformés. L'un d'entre eux est le fait que l'ère post-apartheid a été caractérisée par « des investissements très rentables et peu fixes ». Cela est lié à la façon dont les processus de désindustrialisation et de financiarisation ont réduit la capacité de l'Afrique du Sud à développer l'emploi, à augmenter les salaires et à sortir les gens de la pauvreté. L'héritage profondément inégal de l'apartheid, parmi d'autres facteurs de l'économie politique sud-africaine, rend ces processus particulièrement brutaux. La proposition du COSATU, menée de manière cohérente et conformément aux différentes conditions qui y sont attachées, pourrait être un point de départ pour y remédier.

Il n'est pas facile d'obtenir un soutien à cet égard, et le scepticisme ne vient pas seulement de la droite. Il est devenu de plus en plus difficile de contrer la méfiance à l'égard de l'État étant donné la profondeur et l'ampleur de la corruption et des inefficacités auxquelles nous sommes exposés quotidiennement. Zwelinzima Vavi, secrétaire général de la fédération rivale du COSATU, la SAFTU (la fédération sud-africaine des syndicats), a mis en garde contre la perte de légitimité des institutions publiques qui a entraîné un renforcement des forces conservatrices à tel point que même la classe ouvrière peut être mobilisée pour défendre un programme conservateur. La reconnaissance de l'impact de la Captation de l'État est également évidente dans les demandes supplémentaires formulées par le COSATU qui concernent un audit de la fonction publique, le renvoi et la poursuite des personnes corrompues. La perte de légitimité de l'État représente un défi réel et très actuel pour la gauche et il faut en tenir compte. Le COSATU le reconnaît dans l'introduction de la proposition:

« Non seulement l'Alliance et le gouvernement doivent défendre le droit des travailleurs des secteurs privé et public à un salaire décent et à une protection du travail, mais il est également essentiel pour l'Alliance et le gouvernement de défendre le rôle de l'État dans la fourniture de biens et de services publics essentiels, de participer à l'économie et d'y assurer la concurrence. Sinon, nous courons le risque réel que l'État soit contraint de battre en retraite sur tous ces fronts étant donné l'ampleur de la crise de l'État et de la crise économique. Cela laisserait les travailleurs exposés et sans protection. »

L'alliance du COSATU avec l'ANC (et le Parti communiste sud-africain) est régulièrement tournée en dérision étant donné la trajectoire du parti au pouvoir dans l'ère post-apartheid. Ils ont été critiqués pour ne pas avoir rompu avec eux ni sur les réformes néolibérales des années 1990, ni pendant la période de Captation de l'État sous l'ancien président Zuma. Cela a en partie conduit à la scission d'un grand syndicat, la NUMSA (National Union of Metalworkers of South Africa), et à la formation du SAFTU. Bien que la fédération en soit sans aucun doute affaiblie, elle reste une force majeure dans la politique sud-africaine. Le changement structurel chez Eskom est presque impossible sans eux et leur soutien à de telles propositions - à l'aube d'un Green New Deal - contribue donc largement à renforcer le soutien à ces idées au sein du pays.

Il y a cependant des limites importantes qu'il convient de signaler. Le lien entre le climat et la crise économique est beaucoup moins explicite dans la proposition que dans les commentaires de Parks, et il y a des références inquiétantes à la nécessité d'investir dans le « charbon propre », dont l'expérience a montré qu'il s'agissait d'une dangereuse erreur. Le COSATU devrait être sans équivoque dans la demande de décarbonisation alors qu'il continue à faire pression pour une transition profonde et juste pour les communautés minières. La riposte de ceux qui ont des intérêts dans l'industrie des combustibles fossiles, dont beaucoup au sein de l'ANC et du COSATU lui-même, sera forte et nécessitera une lutte concertée pour la contrer.

Parks a raison de dire que cela doit concerner tous les secteurs de l'économie afin qu'une proposition de ce type change radicalement le profil socio-économique et les émissions de l'Afrique du Sud. Mais il faut aussi que cela ne se limite pas aux seuls syndicats ou à la protection des travailleurs déjà employés et syndiqués. En effet, la création et la protection des emplois sont des conditions nécessaires mais non suffisantes pour réaliser un véritable changement socio-économique en Afrique du Sud. Des groupes de la société civile, comme l'AIDC, ont proposé d'utiliser le PIC et de lier les changements à une transition juste, en travaillant avec les syndicats pour élaborer des plans qui tiennent compte des besoins des travailleurs. Le même processus doit se dérouler dans le cadre d'une large alliance avec des groupes comme l'Assemblée des chômeurs, les mouvements de défense du droit au logement comme Reclaim the City, les activistes des transports publics comme #UniteBehind et, surtout, des groupes tels que les communautés affectées par l'exploitation minière, unies dans l'action.

Dans son livre, Tout peut changer, l'écrivaine canadienne Naomi Klein soutient que la crise climatique, parce qu'elle représente une menace quasi existentielle, nous donne des leviers pour provoquer des changements majeurs. Parks lui-même semble en être conscient : « Ne jamais laisser une bonne crise se perdre », dit-il.

Carilee Osborne est chercheuse à l'Institut pour les alternatives africaines du Cap, en Afrique du Sud.

Photo: Trevor Samson via World Bank, Flickr

Available in
EnglishSpanishFrenchGermanRussianPortuguese (Brazil)
Author
Carilee Osborne
Translator
Roxane Valier-Brasier
Date
11.05.2020
Source
Original article🔗

More in Ecology

Ecology

MAB: The Tipping Point Must Be the Point of No Return

Receive the Progressive International briefing
Privacy PolicyManage Cookies
Site and identity: Common Knowledge & Robbie Blundell