Migration

« Vous n'êtes pas les bienvenus ici » : Comment l'Europe paie des millions pour arrêter la migration en provenance d'Afrique

L'UE verse des millions aux pays africains pour empêcher les migrants d'atteindre ses côtes.
Au lieu de s'attaquer aux causes profondes de l'immigration clandestine en Europe - notamment l'exploitation du Sud par le Nord - les pays de l'UE éludent le problème en payant les pays africains pour qu'ils interceptent les migrants avant qu'ils n'atteignent les côtes européennes.
Au lieu de s'attaquer aux causes profondes de l'immigration clandestine en Europe - notamment l'exploitation du Sud par le Nord - les pays de l'UE éludent le problème en payant les pays africains pour qu'ils interceptent les migrants avant qu'ils n'atteignent les côtes européennes.

On sait que l'Europe a été confrontée à une grave crise migratoire au cours des dix dernières années. Ce que l'on sait moins, c'est que le fantôme d'une formidable accusation plane sur les plans mis en place par les autorités européennes pour contenir le flux apparemment inéluctable d'immigrants. Selon certaines sources, les fonds qui ont été alloués au contrôle des flux migratoires ont été détournés pour soutenir les forces paramilitaires ou d'autres infâmes organisations impliquées dans la traite des êtres humains.

Ces forces agiraient comme un tampon qui empêche les gens d'atteindre l'Europe par tous les moyens (même les plus violents) au lieu de s'attaquer aux causes profondes de l'immigration clandestine. Les autorités de l'Union européenne (UE) ont nié toutes ces accusations et ont même suspendu certains de ces fonds, une mesure qui a été considérée par certains comme un aveu de culpabilité. Bien qu'il soit peut-être impossible de trancher le proverbial nœud gordien et de démêler le vrai du faux pour l'instant, essayons de clarifier ce qui se passe aujourd'hui en donnant un meilleur aperçu du scénario actuel.

L'Europe et la crise des migrants de 2015

Chaque année, des centaines de milliers de personnes déplacées et de réfugiés d'Afrique, d'Europe de l'Est et du Moyen-Orient fuient des situations d'urgence complexes, des catastrophes naturelles et des guerres. Ils rejoignent le fleuve déjà immense des humains qui tentent d'échapper à la pauvreté et au désespoir en émigrant vers le Vieux Continent. Les raisons de cet immense flux humain sont multiples, allant des récentes turbulences politiques qui ont suivi le Printemps arabe, à l'évolution des nombreux théâtres de conflits et aux dures conséquences du changement climatique.

Même si une solution pouvait être trouvée pour arrêter chacun de ces différents scénarios, il faudrait de nombreuses années avant qu'elle n'apporte un changement ou un impact tangible. Beaucoup de rhétorique a suivi jusqu'à ce qu'un énorme fossé divise le cacophonique débat politique en deux camps retranchés dont les opinions ne semblent pas pouvoir être réconciliées de sitôt. Pour certains, ces personnes sont une ressource inestimable qui peut rajeunir un continent mourant souffrant d'un manque chronique de main-d'œuvre jeune et non spécialisée. Pour d'autres, ce ne sont que des parasites qui peuvent saper les racines mêmes de la culture européenne d'inspiration chrétienne, mettant en danger l'ensemble du tissu social d'une société qui a fondé sa richesse sur l'esclavage, le colonialisme et l'exploitation des personnes pendant des siècles.

Cependant, il reste un problème incontestable à régler : le nombre d'immigrants clandestins qui arrivent en Europe est bien trop élevé pour être géré. Avec plus de 2 millions de passages clandestins détectés entre 2015 et 2016, il était clair que les anciennes politiques d'endiguement échouaient désespérément à tant de niveaux qu'elles ne tenaient plus la route. Les forces politiques d'extrême droite et de droite ont profité de cette crise pour entraîner l'ensemble du continent dans une dérive populiste, le racisme et la ségrégation sévissant pour alimenter la haine, la peur et les anciennes rivalités religieuses. Pour la première fois depuis des décennies, l'Union européenne (UE) courait le risque de devoir faire face à une crise sociale généralisée qui pourrait déstabiliser l'ensemble de l'acquis politique et économique. Il était difficile d'imaginer un plan qui puisse s'attaquer aux différentes causes profondes de ces flux migratoires continus.

Mais les autorités de l'UE devaient trouver une solution rapide. Elles n'avaient pas le temps de s'attaquer aux raisons pour lesquelles ces personnes étaient désespérées et pauvres, et cela ne les intéressait pas. Plutôt que de se préoccuper de la vie de ces masses de personnes démunies qui immigrent en Europe, elles ont décidé de les arrêter avant qu'elles puissent franchir les frontières. Pour parler franchement, les personnes désespérées et pauvres d'Afrique, d'Europe de l'Est et du Moyen-Orient pouvaient rester désespérées et pauvres - il suffisait qu'elles soient désespérées et pauvres ailleurs.

Fermer les yeux sur la crise humaine massive

Les mesures prises pour gérer la crise des migrants ont été incroyablement efficaces et, en moins de cinq ans, le nombre d'arrivées de migrants en Europe a chuté de 90 pour cent, passant de plus de 2 millions à 150 000 seulement. Mais à quel prix ?

En résumé, le plan global était assez simple : les autorités de l'UE demandaient aux autres pays de « retenir les migrants » tout en fermant les yeux sur les méthodes utilisées pour atteindre cet objectif. En théorie, elles distribuaient de grosses sommes d'argent aux pays d'Afrique et du Moyen-Orient pour lutter contre « la traite et le trafic d'êtres humains » en brisant leur « modèle commercial » afin d'offrir aux migrants une alternative pour ne plus qu’ils risquent leur vie. En pratique, ces fonds finissaient souvent entre les mains de milices sans scrupules et d'organisations louches qui empêchaient les personnes les plus vulnérables d'atteindre les frontières des États membres de l'UE par tous les moyens nécessaires - y compris les plus inhumains.

L'une des étapes les plus importantes de ce plan visant à « contenir les migrants en situation irrégulière » consistait à prendre des dispositions avec la Turquie et la Libye pour empêcher les réfugiés d'atteindre les frontières du vieux continent en bloquant toutes leurs voies terrestres ou maritimes. En outre, chaque fois qu'un migrant était pris en train de traverser la Méditerranée pour se rendre dans les îles grecques voisines, en Espagne ou en Italie, il était renvoyé en Turquie ou en Libye pour être « temporairement » enfermé dans une prison. Mais le scénario issu de ces pactes était, au mieux, loin d'être idéal, et a finalement forcé des milliers de réfugiés à endurer des mois de détention dans des conditions inhumaines, dans des centres de détention délabrés.

Plusieurs organisations, telles qu'Amnesty International, Human Rights Watch, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies et le Conseil européen sur les réfugiés et les exilés ont déjà dénoncé les conditions « dégradantes » dont souffrent les détenus en Libye. Des hommes et des femmes sont violés, maltraités et battus quotidiennement ; certains ont passé des mois ou des années en prison. Les gens sont exposés à des maladies contagieuses, comme la tuberculose, et meurent souvent de maladie, de malnutrition ou de négligence pendant leur détention. Le CDH est allé jusqu'à déterminer que les conditions dans certains de ces centres de détention peuvent même « équivaloir à de la torture ».

Bien qu'elle soit pleinement consciente des conditions inhumaines auxquelles sont confrontés ces migrants, l'UE continue de contribuer à ce processus massif d'exploitation humaine de nombreuses manières. Les autorités libyennes ont reçu les fonds et les ressources nécessaires pour intercepter des hommes, des femmes et des enfants en mer. L'Italie a fait don de plusieurs patrouilleurs aux gardes-côtes libyens et de la formation nécessaire pour les faire fonctionner le plus efficacement possible pendant l'opération Sophia. Même les pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, Slovaquie et République tchèque) ont fourni 35 millions d'euros supplémentaires en plus des 10 millions d'euros versés par l'UE. Ce n'est pas surprenant puisque leurs frontières sont constamment sous la pression des milliers d'immigrants qui espèrent échapper à la pauvreté et trouver une chance de vivre mieux.

Un seul mot - interception - est devenu la réponse à toute la crise des migrants,plutôt que l'accueil. Ce qui arrive à ces personnes une fois qu'on les empêche d'atteindre les frontières des pays riches du Premier Monde n'a plus d'importance. On peut se demander si ce choix n'est pas le résultat d'une stratégie quelque peu myope qui ne se souciait que de réduire le nombre de morts par noyade en Méditerranée. Peut-être s'agit-il d'une composante d'un plan plus complexe (et inhumain) d'externalisation du contrôle des frontières vers les pays d'Afrique du Nord. Une stratégie visant à empêcher les pauvres d'échapper aux pays pauvres où ils vivent.

Le processus de Khartoum

Une autre mesure prise par l'UE pour endiguer le nombre de personnes qui atteignent leurs côtes et leurs frontières a été l'établissement du « processus de Khartoum ». Au milieu de la crise de 2015, les dirigeants africains et européens se sont réunis à Malte lors du sommet de La Valette sur les migrations afin de discuter d'un plan commun pour faire face à ce problème. À l'issue de ce sommet, l'UE a accepté de doter les pays africains qui ont accepté de participer à la sortie de la crise d'un fonds d'affectation spéciale d'urgence d'une valeur de plusieurs milliards d'euros. Ce fonds a été créé « pour favoriser la stabilité et contribuer à une meilleure gestion des migrations, notamment en s'attaquant aux causes profondes de la déstabilisation, des déplacements forcés et des migrations irrégulières ».

De nombreux projets ont finalement été placés sous la bannière du Fonds d'affectation spéciale d'urgence, comme l'opération Sophia mentionnée ci-dessus, ainsi que le processus de Khartoum, moins connu mais non moins opaque. Une fois de plus, cette initiative consiste en une série d'incitations financières fournies par les États membres de l'UE aux pays africains qui peuvent contribuer à la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic de personnes. La seule différence est que ces fonds sont fournis pour prévenir l'exploitation le long de la route migratoire entre la Corne de l'Afrique et l'Europe. Les pays concernés sont notamment Djibouti, l'Érythrée, l'Éthiopie, le Kenya, l'Ouganda, la Somalie, le Soudan, le Soudan du Sud et la Tanzanie.

Le Soudan, en particulier, a été utilisé comme zone tampon pour exercer un contrôle extraterritorial efficace des routes migratoires empruntées par les personnes qui veulent atteindre l'Europe depuis l'Afrique. Tout comme l'Italie l'a fait avec la Libye, l'Allemagne a lancé un projet de formation de policiers et de gardes-frontières soudanais, et un centre de renseignement a été fondé dans la capitale Khartoum.

Alors, pourquoi l'UE a-t-elle annoncé la suspension de ces projets en juillet, dont certains ont été interrompus au moins depuis mars ?

Cette fois, certains groupes de défense des droits des Soudanais et des Érythréens ont accusé Donald Tusk, le président du Conseil européen, de coopérer avec « des régimes et des milices qui n'ont aucun compte à rendre » et qui sont « connus pour leurs abus systématiques ». Les fonds ont en fait été utilisés pour déployer les tristement célèbres Forces de soutien rapide (RSF) - les héritiers des Janjawids brutaux dirigés par Mohamed Hamdan « Hemeti » Dagolo. Nous avons déjà parlé de la violence que les Janjawids ont déclenchée sur les civils soudanais lors du récent soulèvement, ainsi que des crimes de guerre et du génocide qu'ils ont commis au Darfour en 2003. Les combattants de RSF ont trouvé leur propre solution pour arrêter les migrants : ils les ont torturés, les ont forcés à payer des pots-de-vin et, dans certains cas, les ont même fait passer en fraude (peut-être s'ils payaient suffisamment).

En bref, l'UE a payé les passeurs pour qu'ils mettent fin au trafic et à la traite des êtres humains, et ils en étaient parfaitement conscients. Il a même été noté que le FSR pouvait détourner des ressources « à des fins répressives ». Tout comme en Libye et en Turquie, l'Europe savait ce qui se passait, mais préférait simplement fermer les yeux.

Même si le projet est maintenant suspendu, et que l'UE maintient que les forces du FSR n'ont jamais été financées ou équipées, la police soudanaise a reçu une formation et des ressources financières importantes (40 millions d'euros). C'est cette même police soudanaise qui a brutalement réprimé les manifestants pro-démocratie et anti-gouvernement au cours des derniers mois de protestation. Une fois de plus, tous les projets qui relèvent du processus de Khartoum ne s'attaquent à aucune des « causes profondes » de la migration incontrôlée et de la traite des êtres humains. Sans aller jusqu'à dire que ces projets sont une véritable parodie, on ne peut nier qu'à l'heure actuelle, ils ne sont rien d'autre qu'un contrôle extraterritorial déguisé des frontières.

Pas le gardien de mon frère

Aujourd'hui, l'Europe ferme tout simplement les yeux sur l'une des plus grandes crises humanitaires de ce siècle. Mais espérer que des personnes désespérées amènent leur malheur ailleurs n'est pas seulement une politique lâche, c'est un choix carrément cruel fait par des personnes sans aucune once d'humanité. Il est très hypocrite de la part des pays occidentaux de prétendre vouloir s'attaquer aux « causes profondes » des terribles conflits qui poussent tant de personnes à quitter leur pays. En fait, la plupart de ces « causes profondes » proviennent de l'exploitation sans fin des terres et des ressources du Sud qui semble soutenir l'ensemble du système capitaliste. En fait, alors que plus de 37 000 personnes sont forcées de fuir leur foyer chaque jour, il ne semble pas que la situation se soit améliorée de quelque manière que ce soit. Aujourd'hui, les pays développés n'accueillent que 16 pour cent de ces réfugiés, alors que la grande majorité d'entre eux se trouve en Turquie, au Pakistan, en Ouganda et au Soudan.

Lorsque l'Empire romain a dû faire face aux migrations massives qui ont eu lieu au cours du quatrième siècle après J.-C., les empereurs ont simplement préféré fermer leurs frontières, laissant d'innombrables personnes déplacées mourir de maladie et de faim devant leurs portes. Une révolte ouverte s'ensuivit, cependant, lorsque ces masses de personnes démunies devinrent si désespérées qu'elles tuèrent l'empereur Valen, provoquant finalement la chute de tout l'Empire romain.

L'histoire nous enseigne que tout ce qui s'est passé une fois peut se reproduire, surtout si tant de gens sont repoussés pendant si longtemps.

Claudio Butticè, docteur en pharmacie, a écrit sur des sujets tels que la médecine, la technologie, la pauvreté dans le monde et la science. Nombre de ses articles ont été publiés dans des magazines tels que Cracked, Techopedia, Digital Journal et Business Insider. Le Dr Butticè a également publié des articles de pharmacologie et de psychologie dans plusieurs revues cliniques, et travaille comme consultant et conseiller médical pour de nombreuses entreprises dans le monde entier.

Photo: The International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies, Flickr

Available in
EnglishGermanRussianPortuguese (Brazil)SpanishFrench
Author
Claudio Butticè
Translators
Roxane Valier-Brasier and Claire Delstanche
Date
30.03.2020
Source
Original article🔗

More in Migration

Migration

Migrants Organise

Migration

Health Nativism

Receive the Progressive International briefing
Privacy PolicyManage Cookies
Site and identity: Common Knowledge & Robbie Blundell