Migration

Nativisme de la santé

Les frontières ne vont pas nous aider à combattre ce virus.
Alors que le COVID-19 balaie les États-Unis, Donald Trump a cherché à convertir ses politiques d'immigration en une réponse de santé publique.
Alors que le COVID-19 balaie les États-Unis, Donald Trump a cherché à convertir ses politiques d'immigration en une réponse de santé publique.

« Nous avons besoin du Mur maintenant plus que jamais », a écrit le président sur Twitter en réponse à un tweet de l'activiste conservateur Charlie Kirk qui a déclaré : « Avec le virus de la Chine qui se répand dans le monde entier, les États-Unis ont une chance si nous pouvons contrôler nos frontières ». M. Trump a qualifié à plusieurs reprises le coronavirus de « virus chinois » ou de « virus étranger », à la fois pour alimenter les guerres commerciales avec la Chine et détourner les reproches de la réponse maladroite de son administration à la pandémie mortelle.

L'appel de M. Trump à la construction d'un mur frontalier va à l'encontre des conseils des responsables de santé publique, qui affirment que le virus est probablement désormais impossible à contenir. Dans ses déclarations, il affiche l'incohérence du nativisme sanitaire - une tentative de maintenir à l'écart ce qui est déjà à l'intérieur, de poser des frontières autour d'un problème qui n'en a pas, et de renforcer une illusion de sécurité en renvoyant l'origine du problème ailleurs, comme toujours.

Pour le moins inquiétant, le nativisme sanitaire est une performance politique destinée à tirer profit d'une crise de santé publique. Il s'agit de Donald Trump Jr. conseillant aux gens d'acheter des armes et de soutenir les droits du deuxième amendement sur Twitter. Dans le pire des scénarios, comme c'est le cas actuellement aux États-Unis, le nativisme en matière de santé est au centre de toute une stratégie gouvernementale.

Le gouvernement a discrètement mis en pratique le message du président. Le 26 février, le secrétaire à la santé et aux services sociaux, Alex Azar, a témoigné devant une sous-commission de la Chambre des représentants à propos d'un budget qui prévoyait le financement de la lutte contre les coronavirus. Lorsque la commission lui a demandé quelle part du financement serait destinée aux efforts internationaux pour lutter contre le virus, Azar a répondu que « nous n'allons pas aider les Chinois à stopper le virus en Chine - la Chine le fera ou ne pourra pas le faire ».

Le refus des États-Unis d'aider d'autres pays à lutter contre la pandémie est un désastre en cours. Les retards dans les tests, par exemple, qui rendent l'apparition du coronavirus aux États-Unis difficile à suivre, sont dus au fait que les Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies (Centers for Disease Control and Prevention ou CDC) ont insisté pour concevoir un test de dépistage du coronavirus en partant de rien, alors qu'un test de diagnostic viable avait déjà été mis au point par des chercheurs allemands et approuvé par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Cette absence de collaboration avec les chercheurs du monde entier a sans aucun doute aggravé l'épidémie américaine.

Le nativisme en matière de santé n'est pas un phénomène nouveau. La propagation de la maladie a longtemps servi de terreau aux politiques anti-immigrants et au renforcement de la sécurité aux frontières. Les premières colonies américaines, par exemple, inspectaient régulièrement les navires à quai pour s'assurer de la bonne santé des passagers, et à Ellis Island, une des tâches essentielles des agents frontaliers était de conduire des inspections médicales sur les migrants.

La loi américaine sur l'immigration de 1882, qui excluait l'entrée de toutes les « personnes souffrant d'une maladie contagieuse répugnante ou dangereuse », a fait des immigrants irlandais, italiens et chinois des boucs émissaires pendant des décennies, les considérant comme des agents infectieux pour la nation (à une époque où leur travail était considéré comme privant d'emploi les citoyens de souche). La crise des migrants de la dernière décennie a également alimenté les accusations de peste et de maladies introduites dans les pays.

Le coronavirus charrie avec lui son lot de crainte nativiste au nom de la protection de la santé publique. Outre la rhétorique de Trump sur le « virus chinois », le racisme anti-asiatique s'est répandu dans le monde entier, avec des histoires de petites entreprises refusant de servir les clients chinois et des pétitions de citoyens demandant la mise en quarantaine des ressortissants chinois.

Mais malgré son racisme et sa xénophobie manifestes, le nativisme sanitaire peut souvent être difficile à séparer des procédures de santé publique raisonnables comme la quarantaine et la distanciation sociale, qui sont également des tactiques d'isolement. Ces politiques, qui sont toutes des composantes essentielles de la réponse actuelle, sont orientées vers les personnes qui ont été, ou qui pourraient être, exposées au virus. La quarantaine, du mot italien quarante (quaranta) - le nombre de jours que l'on croyait autrefois nécessaire à l'incubation d'un virus - a servi, depuis le quatorzième siècle, à isoler les communautés les unes des autres lors des épidémies de peste, de variole et de grippe.

La mise en quarantaine et la distanciation sociale sont des approches fondées sur l'idée scientifique selon laquelle les maladies virales sont impossibles à transmettre si elles ne trouvent pas un nouvel hôte. Les quarantaines à petite échelle sont très efficaces pour le contrôle des maladies et des virus. Au départ, par exemple, le Canada recommandait à toute personne arrivant d'un pays étranger de « s'isoler et de rester chez elle » pendant quatorze jours et de contacter les autorités de santé publique dans les vingt-quatre heures suivant leur arrivée ; ces derniers jours, cependant, le Canada a suivi l'exemple des États-Unis en interdisant l'entrée de tous les étrangers à l'exception des citoyens américains. La distanciation sociale est également une mesure efficace pour retarder la propagation d'un virus. En limitant les grands rassemblements, en fermant les écoles et les lieux publics, la probabilité de transmission du virus se trouve réduite.

Le nativisme sanitaire, au contraire, se tourne vers les restrictions aux frontières pour exclure les personnes et les biens de vastes étendues du globe sans fondement raisonnable. Le 28 février, un groupe de législateurs républicains a envoyé une lettre aux responsables de la Maison Blanche pour demander un renforcement de la sécurité aux frontières dans le sillage du coronavirus. « Étant donné la nature poreuse de notre frontière », ont déclaré les législateurs, « on peut anticiper que toute épidémie en Amérique centrale ou au Mexique provoquera une ruée vers notre frontière ». À un moment où ils devraient se pencher sur l'état du système de santé américain, de nombreux législateurs républicains mène une politique frontalière qui met en danger des millions de vies.

Contrairement aux quarantaines, les interdictions aux frontières rendent les gens beaucoup plus vulnérables. Les restrictions de voyage sont censées réduire le nombre de nouveaux arrivants dans une communauté, mais en pratique, elles font le contraire, encourageant un grand nombre de gens à retourner immédiatement dans leur pays d'origine. Les détenteurs de passeports et de cartes vertes américains qui tentent de rentrer chez eux après la mise en place d'une restriction constituent un risque pour la santé publique, en particulier lorsque, à leur retour, ils ne reçoivent aucune directive de quarantaine obligatoire ou recommandée. Il en va de même pour les étrangers aux États-Unis qui cherchent à rentrer dans leur pays à la suite d'une interdiction de voyager. Un aéroport bondé de personnes venant de zones de flambées épidémiques partout dans le monde ne constitue pas une stratégie cohérente de lutte contre une pandémie. C'est un cauchemar de santé publique. En tout cas, lorsque Trump a bloqué l'entrée de l'Europe aux États-Unis le 11 mars, le virus se propageait déjà dans le pays depuis des semaines. Ses mérites en tant que mesure de santé publique étaient inexistants, mais cela continuait à renforcer l'idée que le coronavirus est un problème étranger.

Les restrictions de voyage empêchent également les médecins et l'aide d'arriver là où ils sont nécessaires. Il est difficile d'acheminer des équipements sanitaires dans une région qui a suspendu les voyages aériens. Et les interdictions aux frontières ne font rien pour empêcher un virus de se propager vers des pays dont les systèmes de santé sont moins robustes, comme ceux d'Afrique subsaharienne, où la majorité des décès dus à l'épidémie de grippe H1N1 de 2009 se sont produits.

Les frontières ne vont pas nous aider à combattre ce virus. En lieu et place, nous avons besoin d'une coopération et d'une coordination mondiales à différents niveaux, et ce rapidement.

Tout d'abord, nous devons veiller à ce que les chercheurs du monde entier coordonnent leurs programmes afin d'en savoir le plus rapidement possible sur la maladie, sur les médicaments qui pourraient être utiles et sur la manière de produire un vaccin sûr et efficace. Un pays ne peut pas résoudre ce problème de manière indépendante. Les CDC doivent plutôt collaborer avec les chercheurs du monde entier. Cela est d'autant plus important que des essais cliniques pour un vaccin sont entrepris dans de nombreux pays.

Pour aider les CDC à faire leur travail, le gouvernement doit restaurer et augmenter son infrastructure de défense contre les maladies infectieuses, qui est terriblement inadéquate depuis 2018, date à laquelle l'équipe de sécurité sanitaire mondiale a été licenciée dans le cadre d'une réorganisation du Conseil National de Sécurité et les CDC ont été contraints de réduire de 80 pour cent leur budget de lutte contre les maladies.

Les fonds destinés aux maladies infectieuses doivent avoir une portée mondiale, y compris les efforts de secours pour soutenir d'autres pays et recevoir l'aide d'autres pays. Le milliardaire chinois Jack Ma, fondateur d'Alibaba, vient de faire don aux États-Unis de plus de 500 000 kits de dépistage des coronavirus et d'un million de masques faciaux (il s'est engagé à en donner encore plus aux pays d'Afrique). « Maintenant, c'est comme si nous vivions tous dans la même forêt en feu », a déclaré Ma. Il a raison.

Les États-Unis doivent ravaler leur fierté, laisser tomber leur différend commercial et accepter ces équipements - bien que idéalement, ceux-ci ne devraient pas provenir de la philanthropie d'un milliardaire mais plutôt faire partie de la stratégie mondiale de lutte contre les maladies du gouvernement chinois.

Il est également essentiel, dans les années qui suivront l'atténuation de la crise, de tirer la leçon qu'une réponse sanitaire globale nécessite une préparation nationale permanente et continue. Au-delà du financement de la recherche et des équipes de préparation aux catastrophes, les États-Unis doivent veiller à ce que la santé publique ne soit pas seulement un droit pour les personnes assurées. Lorsque les gens tardent à obtenir une aide médicale pour quelque raison que ce soit - parce qu'ils sont sans papiers, non assurés ou touristes dans un pays étranger - le virus a plus de chances de se propager. Les personnes qui ont accès à des soins de santé abordables ont non seulement plus de chances de survivre au virus, mais elles sont aussi moins susceptibles de le transmettre à d'autres. Cette épidémie a mis en évidence le besoin urgent de programmes véritablement universels, tant au niveau national que mondial.

Le nativisme en matière de santé doit être considéré comme l'oxymore qu'il est. La santé des autres, c’est la santé de tous. Il n'y a pas de « nous » contre « eux » dans une pandémie.

Stéphanie DeGooyer est co-autrice de Le droit d’avoir des droits (Verso Books) et termine Les actes de naturalisation pour Johns Hopkins University Press. Elle est professeure adjointe invitée d'anglais à l'université de Harvard.

Srinivas Murthy est professeur associé en maladies infectieuses et soins intensifs à l'université de Colombie-Britannique.

Available in
EnglishGermanFrenchPortuguese (Brazil)SpanishRussian
Authors
Stephanie DeGooyer and Srinivas Murthy
Translator
Roxane Valier-Brasier
Date
10.05.2020
Source
Original article🔗

More in Migration

Migration

Boza Sur

Migration

Health Nativism

Receive the Progressive International briefing
Privacy PolicyManage Cookies
Site and identity: Common Knowledge & Robbie Blundell