Politics

La Calabre des jeunes qui n'étudient et ne travaillent pas

Dans la région italienne de la Calabre au sud, de nombreux jeunes n'ont pas de perspective pour leur avenir.
L'année dernière en Calabre, dix mille personnes sont parties, dont quatre mille étaient des jeunes
L'année dernière en Calabre, dix mille personnes sont parties, dont quatre mille étaient des jeunes

«Ecoute bien les paroles, mais tu dois écouter attentivement », dit la jeune fille aux longs cheveux noirs, en me demandant de prêter attention aux paroles d'une de ses chansons préférées, que je n'ai jamais entendue auparavant. Cristina Covelli a 21 ans, elle a encore des traits d'adolescente et des lunettes en plastique, rondes et noires, qui reposent sur son visage, ce qui lui donne un air sérieux. Elle n'a ni étudié ni travaillé depuis qu'elle a obtenu son diplôme il y a trois ans à l'institut technique de chimie de sa ville natale de Crotone, en Calabre, à l'extrême sud de l'Italie. Pour la jeune fille, l'avenir, c'est la boule qu'elle ressent dans sa gorge chaque fois qu'elle calcule - et elle le fait souvent - combien cela lui coûterait de s'inscrire à l'université ou d'émigrer vers une ville du nord.

C'est pourquoi il lui semble que les paroles d'une chanson écrite par l'un de ses pairs, finaliste de la dernière édition du festival de Sanremo, représentent bien son état d'esprit. « Et je ne veux plus que tu voies mes yeux maintenant / Pendant que j'écris, j'ai une colère qui coïncide avec ce que je perds / Mais je te jure que j'ai toujours visé l'excellence / Si je dois avoir peu, je choisis d’avoir rien », dit Niccolò Moriconi, alias Ultimo, quand il prononce ou récite presque les paroles deSabbia, la chanson préférée de la jeune fille de Crotone. Elle aimerait ouvrir une pâtisserie ou devenir infirmière, mais elle est confrontée à l'impossibilité matérielle de faire l'un ou l'autre, ou au moins d'essayer. Pour Cristina Covelli, avoir un travail n'est pas un droit, mais un désir ou même un rêve. Avoir un salaire fixe ne serait pas un acquis d'autonomie par rapport à sa famille d'origine, mais « un moyen d'aider la famille à atteindre la fin du mois » .

Les chiffres et les personnes

Statistiquement parlant, Cristina Covelli est unneet, un acronyme de la formule anglaise « not in education, employment or training »(sans emploi, ne suivant niétudesni formation), une catégorie qui définit les personnes entre 15 et 34 ans qui n'étudient ou ne travaillent pas. L'Italie est le pays européen qui possède le plus deneet(28,9 pour cent), tandis que la région de Calabre, avec la Sicile, détient le taux le plus élevé dans cette catégorie. Dans la région du sud, 36,2 pour cent des jeunes de cette tranche d'âge sontneet, soit pratiquement un sur trois. À Crotone, le chiffre est encore plus alarmant : 33 pour cent des jeunes n'ont même pas de diplôme de l'enseignement intermédiaire, ce qui indique non seulement un manque structurel de travail, mais aussi un taux élevé d'abandon scolaire.

L’aînée de trois filles, Cristina Covelli vit dans la maison louée par ses parents, un appartement de 100 mètres carrés dans le quartier Tufolo de Crotone, l'un des plus grands et des plus denses de la ville, également connu sous le nom de Crotone 2. La famille Covelli paie 430 euros de loyer pour un appartement de trois pièces dans un immeuble du quartier résidentiel. Personne dans la famille ne travaille : le père de Cristina travaillait pour la compagnie des eaux locale, puis l'entreprise a fait faillite et il a perdu son emploi. Il y a cinq ans, il a eu une crise cardiaque qui a rendu la tâche de trouver un nouvel emploi encore plus difficile. La mère a toujours été femme au foyer. Toute la famille vit du « revenu citoyen » du père.

Avec un ISEE (indicateur de la situation économique équivalente) si bas, même les projets les plus simples deviennent un rêve qui se brise dès qu’on commence à planifier ses dépenses. La jeune fille de Crotone connaît très bien les coûts de chacun de ses projets et réfléchit à toutes les possibilités d'avenir qu'elle a évaluées au cours des trois dernières années, en pesant chaque détail. Aller à l'université, suivre un cours professionnel, déménager dans une autre ville pour chercher du travail : Cristina passe ses journées à faire des plans et à estimer ce qu'ils pourraient lui coûter. C'est comme déplacer des meubles encombrants dans un espace trop petit, en espérant trouver un moyen de les faire entrer.

Sans éclaircissement

Cristina Covelli n'a pas pu s'inscrire à la faculté des sciences infirmières de l'Université de Catanzaro, car elle n'a pas les moyens de passer l'examen d'entrée : « 250 euros de frais, plus 50 euros pour l'inscription. Avec le risque de tout perdre si à la fin tu ne le réussis pas » . Au lieu de cela, pour s'inscrire à un stage de formation pour éboueurs, il faudrait 2 500 euros de frais de scolarité en huit mois. De l'argent qu'elle n'a pas. Elle continue donc à envoyer des CV dans l'espoir d'être acceptée pour travailler, même si elle est de moins en moins motivée à se mettre devant l'ordinateur pour chercher.

« J'ai envoyé des CV partout » , dit la jeune fille. « La seule qui m'a répondu est une entreprise de Milan qui m'a proposé un emploi pour 800 euros par mois, mais cet argent ne suffirait qu'à payer le loyer, car je ne pouvais pas rester chez des amis ou des parents » . Elle est prête à faire n'importe quel travail, mais pour l'instant elle passe ses journées à la maison, aidant sa mère aux tâches ménagères et ses jeunes sœurs aux devoirs. Elle sort ensuite avec ses amis, qui sont dans la même situation. La seule entreprise en ville qui donne du travail à des filles comme elle est un centre d'appel : Abramo Customer Care.

De nombreux diplômés finissent par travailler comme réceptionnistes, pour des salaires qui n'excèdent parfois pas 300 euros par mois. Mais la ville n'offre pas grand-chose d'autre : « Imaginez-vous que nous n'avons même pas de maire, nous sommes sous le contrôle d'uncommissariati(administration externe temporaire d'une ville par l'État), et pour Noël, ils n'ont même pas voulu installer les lumières traditionnelles ». En fait, le maire de la ville, Ugo Pugliese, a été suspendu de son poste en novembre 2019 avec quelques conseillers après avoir été impliqué dans une enquête sur les marchés publics concernant la piscine municipale. Les précédents maires avaient également été impliqués dans des enquêtes et des scandales. Cristina Covelli ne croit plus que les choses puissent changer et elle ne sait toujours pas si elle votera aux élections régionales du 26 janvier, qui voient le candidat de centre-droit Jole Santelli en tête des sondages. Le candidat du Parti démocrate, Pippo Callipo, le candidat du Mouvement 5 étoiles, Francesco Aiello, et l'ancien chef de la protection civile calabraise, Carlo Tansi, qui se présente comme indépendant, se dressent tous face au candidat de centre-droit.

Pour soutenir la candidature de Santelli, le chef de la Ligue du Nord, Matteo Salvini, a fait une halte à Crotone, où il a inauguré le premier chapitre provincial de la Ligue dans la ville. Considérée comme un bastion du centre-gauche, autrefois appelé le « Stalingrad du Sud » , c'est la ville la plus industrialisée et la plus ouvrière de la région. « Pour la première fois depuis l'après-guerre jusqu'à aujourd'hui, il y aura la Ligue dans la région de Calabre » , a déclaré Salvini lors de son rassemblement dans un théâtre de Crotone, le 10 janvier.

« Le gouverneur s'appellera Jole et la Ligue sera le premier parti en Calabre » , a poursuivi le chef de la Ligue. Le secrétaire du Parti démocrate Nicola Zingaretti est également arrivé en Calabre au même moment pour soutenir la candidature de l'industriel Pippo Callipo, mais il a tenu des rassemblements à Lamezia Terme et à Catanzaro. Pendant son séjour à Crotone, Giuseppe Provenzano, actuel ministre du Sud et de la cohésion territoriale du Parti démocrate, a promis d'inclure des zones comme Crotone dans son Plan pour le Sud.

« Si les jeunes quittent le Sud, ce n'est pas seulement à cause du manque de travail. C'est très souvent le cas dans le reste du pays également. Ils partent parce qu'ils ne voient pas ce que sera l'avenir de ces territoires dans dix ou vingt ans » , a déclaré M. Provenzano lors de sa visite. Mais les chômeurs et les habitants ne semblent plus croire aux promesses, et les élections régionales pourraient laisser les urnes vides.

« A Crotone, il y a un nombre alarmant deneeten plus des chômeurs de longue durée » , a déclaré Tonino Russo, chef de la Confédération italienne des syndicats de travailleurs (CISL) en Calabre. « Comme le modèle industriel des usines lourdes des années 70 a échoué et on n’a pas trouvé la place pour d'autres types d'économie, on a assisté à une grave augmentation du chômage depuis la fin des années 90 » , poursuit le syndicaliste, qui parle également des interventions décevantes de la politique nationale qui continue à utiliser des instruments de protection sociale.

« En Calabre, il n'y a pas eu beaucoup de demandes de “revenu citoyen” pour diverses raisons. Il s'agit d'une mesure strictement sociale, qui ne favorise pas la création d'emplois. En tout cas, de nombreuses personnes ont démissionné de leur emploi pour avoir accès au "revenu citoyen", car les salaires dans la région sont très bas, deux tiers inférieurs à la moyenne nationale ».

Pour Filippo Sestito, président de l'Association italienne de loisirs et de culture (ARCI) de Crotone, la responsabilité de cette situation incombe avant tout à une classe dirigeante qui n'a pas su gérer la crise provoquée par la fermeture des usines de la ville : « Nous étions l'une des régions les plus riches de Calabre, mais après la fermeture des usines, la classe politique locale a gaspillé et mal orienté les fonds publics en raison de l'absence d'une vision globale pour le développement du territoire ». Dans la province de Crotone, il existe onze clubs de l'ARCI, avec des milliers de membres.

« Après Tarente, cette région, qui a eu une industrie chimique lourde pendant des années, a dû faire face à une catastrophe environnementale qui doit encore être nettoyée », explique Sestito. Le président de l'ARCI local soutient que, pour relancer des politiques du travail efficaces, on devrait essayer de nous concentrer sur un certain nombre de secteurs, du tourisme à l'agro-industrie, et surtout surmonter l'isolement infrastructurel de la région.

L’amour ne suffit pas

« Si nous avions de la dignité, nous devrions vraiment rendre nos bulletins de vote, et ne pas aller voter », dit Paolo Aiello, 49 ans et au chômage depuis six ans, quand je le rencontre devant l'agence pour l'emploi de Crotone, pas loin de l'ancienne zone industrielle avec ses usines abandonnées, ses squelettes en béton armé et les cheminées d'un des sites les plus pollués d'Italie, qui était autrefois le pôle industriel de la Calabre. Aiello est venu demander des informations sur la possibilité de suivre un cours ou un stage, mais on lui a dit qu'il devait prendre rendez-vous et revenir. Il porte une combinaison bleue quand je le rencontre devant le bâtiment jaunâtre qui abrite l'agence pour l'emploi. « Je continue à m'habiller comme ça même si je n'ai pas travaillé depuis six ans », avoue-t-il. « C'est aussi une façon de me motiver à quitter la maison ».

Il a travaillé à Pertusola, la plus ancienne usine métallurgique de la ville et l'une des plus importantes d'Italie, fondée dans les années 20 pour la production de zinc et en fonctionnement jusqu'à la fin des années 90. Son père, décédé d'un cancer, a également travaillé dans cette même usine, qui a ensuite fermé, comme toutes les usines métallurgiques de la ville, laissant un territoire dévasté par les déchets toxiques et la pollution. « J'ai commencé à travailler à 14 ans, pendant que je travaillais, j'ai obtenu des diplômes pour devenir travailleur qualifié, car travailler dans l'usine était notre destin ».

Puis l'usine a licencié tout le monde et Aiello a continué à travailler comme électricien pour Digitec, une autre entreprise qui a fermé il y a six ans. « J'ai même travaillé pendant un mois en dehors de Crotone, un peu partout en Italie, à installer les systèmes électriques dans les tunnels d'autoroute », dit-il, tout en essayant de s'abriter du froid pénétrant d'une journée glaciale de janvier. Cette expérience s'est ensuite terminée, et depuis lors, Aiello n'a eu que des emplois précaires sur le marché noir.

Antonio, 28 ans, sur le front de mer de Crotone, janvier 2020. Après sa dernière expérience professionnelle à Hambourg, en Allemagne, il est retourné à Crotone et s'inscrira à la faculté des langues.

« Ils ne m'ont même pas donné le revenu citoyen cette année, car je vis avec ma mère qui reçoit la pension de survie de mon père, et nous vivons avec ses sept cents euros par mois ». À Crotone, de nombreux chômeurs vivent avec la pension de leurs parents. « Seuls ceux qui ont un emploi d'État ou qui sont recommandés survivent », ce qui me fait comprendre que se recommander soi-même signifie avant tout rejoindre les bandes qui contrôlent le territoire. Pour Aiello, le plus grand regret est qu'il n'ait même pas essayé de fonder une famille : « Sans travail, on ne peut pas se marier, l'amour ne suffit pas. Ici, chaque jour, on divorce, parce que si on n'a rien à ramener chez soi pour les enfants, ça ne peut pas marcher. L'amour ne suffit pas à garder les familles ensemble ».

En fuite

Aiello a essayé pendant un court moment de s'installer en Vénétie, où vit sa soeur, mais il a ensuite été contraint de retourner à Crotone. En 1958, l'écrivain calabrais Corrado Alvaro explique que « la fuite est le thème de la vie en Calabre, et une telle fuite est faite par le Calabrais même s'il est assis dans un endroit, dans un bureau ou derrière le comptoir. Il est rare de voir quelqu'un qui se trouve vraiment là où il est. Littéralement ou métaphoriquement, la Calabre est en train de s'enfuir d’elle-même ». Je pense à ces mots et au concept « d’errance » expliqué par l'anthropologue calabrais Vito Teti dans son livreTerra Inquieta, lorsque j'écoute l'histoire des tentatives continues de Paolo Aiello pour trouver un emploi, mais aussi lorsque je rencontre Antonio Scicchitano - 28 ans, un émigrant de retour, chômeur,neet. Scicchitano, qui a les cheveux bouclés et un air triste, est revenu après une mauvaise expérience d'émigration en Allemagne avec plus de soucis qu'auparavant.

L'année dernière en Calabre, dix mille personnes sont parties, dont quatre mille étaient des jeunes comme lui qui, après avoir obtenu leur diplôme et après avoir cherché du travail pendant trois ans dans sa ville, ont décidé d'aller travailler à Hambourg, en Allemagne. Il s'est adressé à une agence d'intermédiation pour la recherche d'emploi, la Dr. Sauber Gmbh, mais s'est retrouvé avec un salaire de mille euros dans une ville où le coût de la vie est très élevé. « Grâce à une école de langue allemande, j'ai trouvé cette agence pour l'emploi, j'ai payé 300 euros pour suivre un cours d'allemand qui me donnerait la possibilité d'aller travailler en Allemagne », explique-t-il.

« Il existe de nombreuses agences de recrutement qui profitent de la condition difficile des multiples jeunes prêts à émigrer », explique M. Scicchitano, qui a trouvé un emploi de brancardier dans un très grand hôpital de Hambourg. « Je travaillais aussi neuf heures par jour, mais je gagnais mille euros par mois. Une misère dans une ville où la vie coûte cher. Le salaire n'était pas celui qu'ils m'avaient promis et la ville n'était pas non plus ce que j'imaginais. Nous avons quitté Crotone à dix, mais au bout d'un an nous sommes tous revenus », continue le jeune homme qui, en parlant avec son père ces derniers jours, a décidé de s'inscrire à l'Université de Cosenza, après l'expérience extrêmement négative vécue en Allemagne.

« C'était beaucoup de travail, mais ça ne m'a pas permis de survivre. Je me sentais comme un esclave, j'ai perdu dix kilos en un an », dit-il. « Rentrer à la maison dans ma famille alors que j’ai trente ans me rend malade. J'ai l'impression d'être en cage », poursuit-il. Mais pour l'instant, c'est le seul choix possible dans une situation où même émigrer peut se transformer en cauchemar.

Annalisa Camilli est journaliste à Internazionale, couvrant les migrations en Italie et en Grèce.

Photo: Revol Web, Flickr

Available in
EnglishRussianPortuguese (Brazil)SpanishFrenchGerman
Author
Annalisa Camilli
Translators
Roxane Valier-Brasier and Stanca Oproiu
Date
06.05.2020
Source
Original article🔗

More in Politics

Politics

Johanna Bozuwa: Public Services for the Planet

Receive the Progressive International briefing
Privacy PolicyManage Cookies
Site and identity: Common Knowledge & Robbie Blundell