Statements

SYKP : Alors que les bâtiments s'écroulaient en Turquie, les illusions d’Erdoğan aussi

La récente vague de tremblements de terre en Turquie a révélé la corruption du pouvoir de Recep Tayyip Erdoğan.
L'indignation et le mécontentement grandissent face à la mauvaise gestion de la pandémie de COVID-19 et du dernier tremblement de terre par le gouvernement.
L'indignation et le mécontentement grandissent face à la mauvaise gestion de la pandémie de COVID-19 et du dernier tremblement de terre par le gouvernement.

La Turquie a été récemment dévastée par une succession de tremblements de terre en janvier et en octobre. Au total, 41 personnes ont été tuées et plus de 1 600 ont été blessées lors du tremblement de terre d'une magnitude de 6,7 qui a secoué la province orientale de Elazığ. On estime qu'au moins 115 personnes sont mortes après le tremblement de terre d’une magnitude de 6,6 qui a frappé la province occidentale de İzmir le 30 octobre, et le nombre de morts augmente chaque jour.

Comme aucun autre événement, les tremblements de terre ont révélé les réalités corrompues de la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan. Ils ont mis à nu les politicien·ne·s du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir qui ont fermé les yeux sur les violations du code de la construction en échange d'argent ou de votes, ainsi que les entrepreneur·euse·s du cercle proche de l'AKP qui ont transformé le boom de la construction urbaine du pays en un cupidi-thon débridé.

Cela a également brisé l'image populaire d'un État dont les politicien·ne·s, les bureaucrates, les commandant·e·s de l'armée et de la police se sont présenté·e·s comme tout·e·s-puissant·e·s et aux petits soins, et ont exigé en retour une totale allégeance.

En 2020, 203 personnes ont perdu la vie lors de 15 tremblements de terre meurtriers dans le monde et 157 d'entre elles sont mortes en Turquie, révélant ainsi la dévastation de la vie des pauvres aux mains d'un dirigeant autocratique corrompu.

L'argent collecté grâce à la taxe spéciale sur les tremblements de terre, qui a été introduite après le séisme de 1999 dans l'ouest de la Turquie causant près de 17 000 victimes, a été dépensé dans des domaines sans rapport avec le problème, bien qu'il soit destiné à d'éventuelles catastrophes. L'opposition estime que le montant collecté par ces taxes dépasse les 36 milliards de dollars.

Il faut également noter qu’Erdoğan a personnellement contribué au boom de la construction au cours duquel les entrepreneur·eure·s pro-gouvernementaux·les se sont peu ou prou arrogé·e·s le droit de construire librement dans tout le pays.

La Turquie est située sur des lignes de failles sismiques actives et est sujette aux tremblements de terre. Pourtant, pendant leurs 18 années au pouvoir, les gouvernements d’Erdoğan n'ont fait aucun effort pour se préparer et prendre des précautions afin d'éviter des décès et des catastrophes à grande échelle en cas de tremblement de terre majeur. L'ampleur de la catastrophe est donc d'origine humaine, en ce sens qu'elle aurait pu être considérablement réduite si des mesures préventives adéquates avaient été mises en place.

Pourtant, la solidarité entre les peuples continue de se développer. Les mineurs de la province voisine de Manisa, dans le district de Soma, qui sont en grève depuis le 12 octobre, ont formé et envoyé des équipes de secours à Izmir. Entre-temps, des syndicats, des ONG, des partis et des organisations socialistes ont créé le Réseau de solidarité d'Izmir pour fournir à la population de la nourriture, des couvertures et des médicaments. Cependant, iels se sont heurté·e·s à des brutalités policières et à des détentions.

Un mécontentement massif avait déjà émergé contre le gouvernement en raison de sa mauvaise gestion de la pandémie de COVID-19. Le dernier tremblement de terre a une fois de plus mis en exergue le niveau de corruption au sein du palais aux 1000 pièces d’Erdoğan, mondialement connu. Le gouvernement a alloué 4,4 millions de dollars aux missions de secours à Izmir alors que les dépenses quotidiennes du palais atteignent 1,3 million de dollars.

Paix pour les cabanes ! Guerre contre les palais !

Le peuple uni ne pourra jamais être vaincu !

Le Parti de la Reconstruction Socialiste (SYKP) est un parti politique turc et membre de l'Internationale Progressiste.

Photo: Duvar English

Aidez-nous a developper la Revue

La Revue est le seul réseau planétaire de publications progressistes et de perspectives communautaires.

Depuis notre lancement en mai 2020, la Revue a donné une résonance à plus de 100 articles provenant des principales publications progressistes du monde, traduits chacun dans au moins six langues, faisant ainsi connaître à un public mondial les luttes des peuples autochtones de l'Amazonie, des Palestinien·ne·s de Gaza, des féministes du Sénégal, et bien d'autres encore.

Avec plus de 150 traducteur·rice·s et une équipe éditoriale en pleine expansion, nous comptons sur nos contributeur·rice·s pour continuer à diffuser ces histoires de luttes communautaires et servir de relais aux forces progressistes du monde entier.

Aidez-nous à renforcer cette mission en effectuant un don à la Revue.

Support
Available in
EnglishGermanItalian (Standard)SpanishHindiFrenchPortuguese (Brazil)
Translator
Roxane Valier-Brasier
Date
16.11.2020

More in Statements

Statements

Diab: Debt Justice Is an Internationalist Project

Receive the Progressive International briefing
Privacy PolicyManage Cookies
Site and identity: Common Knowledge & Robbie Blundell