Politics

Quelles sont les prochaines étapes pour le Chili sur la voie d'une nouvelle constitution ?

Le résultat du référendum chilien est un appel au changement progressiste, mais les efforts restent à poursuivre pour traduire la mobilisation sociale de masse dans l’élaboration d'une nouvelle constitution.
Le fait le plus important est sans doute que le peuple chilien s’est libéré de sa peur et a repris le devant de la scène.
Le fait le plus important est sans doute que le peuple chilien s’est libéré de sa peur et a repris le devant de la scène.

Le 25 octobre 2020, le peuple chilien a voté par une marge écrasante pour soutenir la rédaction d'une nouvelle constitution, via l'élection d'une nouvelle convention constitutionnelle. Il s'agit d'une défaite majeure du gouvernement chilien, qui avait d'abord cherché à modifier la constitution existante de 1980 (héritée de la dictature de Pinochet), puis à faire rédiger une nouvelle constitution par le parlement qu'il contrôle.

La gauche chilienne a toujours rejeté la légitimité de la constitution de Pinochet de 1980. En fait, l'opposition entière l'a rejetée jusqu'au milieu des années 1980, quand les États-Unis ont commencé à soutenir une « transition démocratique ». Le rapprochement du régime et de l'opposition « modérée » a entraîné la séparation de l'opposition au sens large, et la situation a progressivement évolué jusqu'à ce que seuls les communistes et divers petits groupes maintiennent leur hostilité totale à la constitution. Accepter la constitution de la dictature et ne plus jamais tenter de former un gouvernement de type « Unité populaire » – la coalition politique dirigée par le président socialiste Salvador Allende de 1970 à 1973 – était le prix à payer pour un retour au pouvoir dans une démocratie très restreinte. « Nous les avons cadenassés, bien cadenassés », avait remarqué Pinochet avec suffisance.

Mais le prix a été payé par le peuple à travers chaque lutte depuis 1990. Les étudiant·e·s, les autochtones, les travailleur·se·s, les écologistes et tous les mouvements sociaux ou politiques en faveur du changement se sont finalement heurtés au mur implacable de la constitution de Pinochet. Elle a été réformée à plusieurs reprises, pour supprimer les éléments autoritaires les plus flagrants tels que les sénateur·rice·s désigné·e·s, mais son essence est restée la même : aucune réforme sociale, politique ou économique majeure n'était possible. C'était une camisole de force, une casserole à pression de mots et de concepts. Sa force résidait dans les craintes d'une société traumatisée, soutenue par des médias conformistes, et dans la transition à une société de consommation dans un monde où le socialisme était mort.

Mais le modèle a commencé à se fragmenter en 2010, lorsque le Chili a élu un gouvernement de droite, pour la première fois depuis les années 1950. C'était un signe précoce que la coalition centriste Concertación avait perdu de son attrait. La coalition s'est divisée sur la question de savoir s'il fallait compenser cette faiblesse en s'alliant avec le parti communiste. De nouveaux partis politiques ont été créés, alimentés par le mouvement de protestation des étudiant·e·s. Une nouvelle coalition de centre-gauche, incluant le Parti communiste pour la première fois depuis l'Unité populaire, fut mise en place. Appelée « Nouvelle majorité », elle a gouverné sous la présidence de Michelle Bachelet jusqu'en 2015. Mais la corruption s'est installée pendant les longues années au pouvoir. Des responsables politiques très bien payé·e·s avaient également commencé à engranger des bénéfices sur l'éducation et les retraites. L'inégalité s'était accrue, alimentant la colère. Rétrospectivement, l'éruption à venir était évidente, la lutte devenait plus intense. Après 2015, il ne se passa guère de mois sans scandale ou manifestation, chaque fois violemment réprimées par les Carabineros (police nationale) qui n'avaient guère changé depuis l'époque de Pinochet.

En octobre de l'année dernière, la casserole à pression a explosé. Des élèves qui protestaient contre la hausse du prix du ticket de métro ont été battu·e·s et se sont fait tiré·e·s dessus par des balles en caoutchouc. En moins d'un jour, les manifestations de masse avaient commencé. Le gouvernement a d'abord tenté de condamner et de réprimer ; il a même fait descendre l'armée dans les rues. Des dizaines de personnes ont été tuées et blessées, mais les protestations n'ont pas cessé – au contraire, elles ont pris de l'ampleur. La légitimité du gouvernement s’étant réduite comme une peau de chagrin, les protestations sont devenues l'incarnation du Chili dans l'esprit du peuple. Le gouvernement a proposé que le parlement rédige une nouvelle constitution, mais cette proposition a été rejetée. Comment les personnes qui avaient soutenu et bénéficié de l'ancienne constitution pouvaient-elles être chargées de rédiger la nouvelle ?

En novembre 2019, le gouvernement et le parlement ont convenu de soumettre la question à un référendum, en posant deux questions : les élect·eur·rice·s souhaitaient-iels une nouvelle constitution, et si oui, celle-ci devait-elle être rédigée par le parlement existant ou par une nouvelle « convention constitutionnelle » (pour éviter de l'appeler « assemblée constituante » comme la gauche le demandait depuis des années). Pendant les manifestations, des cabildos (conseils) populaires ont été créés dans tout le pays pour discuter des demandes du mouvement, ce qui a permis de renforcer la cohérence et l'unité. Puis, le 25 octobre, le peuple chilien a voté à près de 80 pour cent pour soutenir la nouvelle constitution et pour élire une convention constitutionnelle.

De la coupe aux lèvres

Cette longue histoire contribue à expliquer la profonde joie collective que connaît le Chili aujourd'hui. « Nous vivons une euphorie collective », m'a dit un·e ami·e. Non seulement le peuple chilien a-t-il finalement – symboliquement – renversé les derniers vestiges de la dictature, mais il a également redécouvert son pouvoir politique. Aujourd'hui, le Chili attend les élections d'une convention constitutionnelle en avril 2021, qui dispose de neuf mois (extensible à douze mois sur demande) pour débattre et proposer une nouvelle constitution, suivie d'un nouveau référendum pour la ratifier ou la rejeter dans les 60 jours. D'ici un an environ, le Chili disposera d'une nouvelle constitution et pourra aller de l'avant, libéré de l'héritage de la dictature.

Cependant, comme le dit le proverbe, il y a loin de la coupe aux lèvres, et la lutte passe maintenant à la phase difficile de l'institutionnalisation. Lors des manifestations de l'année dernière, un « accord national » a été signé entre le gouvernement et certains partis d'opposition, établissant les procédures du plébiscite constitutionnel. Signe des débats qui s'ouvrent aujourd'hui au Chili, une poignée de partis, dont les Humanistes et le Parti communiste, ont refusé de signer l'accord, arguant qu'il ne garantissait aucun siège aux femmes ou aux peuples autochtones. Ces partis ont également souligné plusieurs lacunes dans la manière dont la nouvelle constitution serait élaborée. Par exemple, l'accord stipule que les membres de la convention seront élu·e·s selon les règles régissant les élections parlementaires, et que le contenu de la nouvelle constitution doit être approuvé par les deux tiers des 155 membres de la convention plutôt qu'à la majorité simple. Il n'y a pas non plus de clarté sur la manière dont les mouvements sociaux ou les indépendant·e·s pourront être représenté·e·s à la convention étant donné que le système électoral est construit autour des listes de partis.

Ces questions expliquent pourquoi les opposant·e·s à la convention ont considéré qu'il s'agissait d'une sorte de braderie, offrant des garanties à la droite sans établir de positions fortes pour le mouvement populaire. Le Parlement a également adopté plusieurs amendements à la constitution existante afin de permettre le nouveau processus constitutionnel. Parmi eux, l'article 135 stipule que la nouvelle constitution doit respecter la démocratie chilienne et ne peut pas outrepasser les engagements du pays dans le cadre des accords de libre-échange existants. Ces questions créent des obstacles potentiels au changement, qu'il convient de garder à l'esprit.

En outre, l'expérience latino-américaine montre que les nouvelles constitutions n'apportent pas toujours de réels progrès. Par exemple, la constitution colombienne, qui date de 1991, contient une pléthore de droits et de garanties, y compris des droits spécifiques pour les Afro-Colombien·ne·s et les autochtones. Malgré cela, la Colombie reste très inégale et engluée dans la violence paraétatique, et son système juridique est submergé par des gens qui s'efforcent depuis des années de rendre leurs droits effectifs. C'est sans doute le modèle que l'élite chilienne recherche. Les droits peuvent être concédés aussi longtemps que les moyens de les faire respecter sont hors de portée. Pourtant, le Chili espère que, pour la première fois depuis des décennies, l'élite soit politiquement isolée et que sa domination idéologique soit brisée. De récents sondages ont montré que 77 pour cent des Chilien·ne·s observent un « grand conflit » entre les riches et les pauvres, alors que seulement 22 pour cent sont d'accord avec l'élite pour dire que « l'ordre public » est un problème. En outre, les institutions chiliennes sont confrontées à une grave crise de légitimité, en particulier à la suite de leur réponse totalement inadéquate à la Covid-19. Cela signifie qu'il existe à présent une occasion unique de réécrire les règles, bien que le défi des prochains mois soit de traduire la mobilisation sociale de masse en une influence décisive sur la convention.

Cela peut poser des problèmes. Certain·e·s commentateur·rice·s chilien·ne·s affirment que le pays est maintenant confronté à trois luttes interconnectées : pour un nouveau leader, pour l'élection d'une convention de gauche et pour définir le contenu de la nouvelle constitution. D'autres soulignent que le récent plébiscite a été remporté avec un peu plus de la moitié de l'électorat potentiel, et que si le taux de participation a été plus élevé que lors des dernières élections présidentielles de novembre 2017 – et ce malgré la Covid-19 – et plus élevé dans les régions les plus pauvres, c'est cependant un signe que la gauche pourrait avoir des difficultés à obtenir la majorité des deux tiers de la convention nécessaire à toute modification radicale du statu quo, à moins qu'une pression populaire importante ne soit maintenue.

Les défis à venir

Le manque de légitimité dont jouissent les partis politiques est un obstacle pour la gauche, car le mouvement populaire ne peut plus compter sur les partis massifs d'antan. Cela signifie qu'il manque de cohérence politique, de réseaux nationaux ou d'un large éventail de candidat·e·s connu·e·s, charismatiques et fiables. Si c’était un avantage lors des manifestations, cela aura désormais un impact sur la capacité du mouvement populaire à mobiliser les électeur·rice·s autour de candidat·e·s qui doivent incarner les changements demandés. En lieu et place des partis de masse, et face à un système électoral construit autour de listes, le mouvement populaire devra probablement assurer une représentation par le biais d'une liste commune de candidat·e·s des mouvements sociaux qui se seront engagé·e·s en faveur d’un programme constitutionnel commun.

L’initiative pourrait éventuellement suivre le modèle du Mouvement bolivien vers le socialisme (MAS). Ce nouveau mouvement pourrait inclure certains partis politiques, mais il soulèverait le problème permanent du mouvement populaire chilien : doit-il viser la pureté politique ou opter pour une large coalition ? La question est de savoir si la population est favorable à une approche plus radicale. Bien que les sondages montrent un soutien massif en faveur d'une nouvelle constitution, il pourrait y avoir un désaccord important sur les détails. Le temps presse, car les listes devront être approuvées avant les élections d'avril. Heureusement, les centristes sont également confronté·e·s à un dilemme puisque les manifestations de l'année dernière ont fait s'évaporer le centre. Il est peu probable que de nombreux candidat·e·s des partis politiques existants soient élu·e·s. Nous verrons très probablement une série de nouvelles personnalités politiques, mais la question sera alors de s'assurer de leur fidélité à la rhétorique adoptée une fois qu'elles auront prêté serment. Nous ne pouvons faire preuve de naïveté quant aux influences malveillantes qui entoureront ce processus ; les tentations seront indubitablement présentes.

Aujourd'hui, tout indique que la pression sociale continuera à jouer un rôle important dans l'issue de la convention. Le mouvement social devra poursuivre ses mobilisations afin de faire pencher la balance du bon côté, mais cela dépendra de sa capacité à travailler ensemble et à articuler des revendications communes. Comme l'a dit Allende il y a de nombreuses années, l'organisation et la conscience populaire sont les « principaux moyens » de victoire pour les travailleur·euse·s.

Le mouvement populaire a développé des dizaines de revendications au cours de 2019 et de la période pré-Covid 2020, et celles-ci indiquent ce que le peuple attend du processus. Les questions les plus importantes que la nouvelle constitution doit résoudre sont les suivantes : réformer les institutions de l'État ; redéfinir le rôle de l'État dans l'économie (en particulier la nationalisation des mines) et dans la protection de l'environnement ; renforcer le rôle de l'État dans l'éducation, les soins de santé et la protection sociale ; renforcer les droits des travailleur·euse·s, des femmes, des peuples autochtones et des minorités sexuelles ; et enfin, décider comment l'État procurera et assurera la justice, y compris via la réforme de l'armée et de la police.

Il existe une majorité sociale massive en faveur du changement, mais ce programme représente un énorme défi pour les intérêts de l'élite chilienne, ainsi que pour ceux des entreprises transnationales – en particulier les industries minière et agroalimentaire – et du vaste réseau de services de sous-traitance (et de corruption) qu'elles financent. Certaines des questions sociales vont à l'encontre des croyances des églises catholique et évangélique, ou des intérêts des propriétaires terrien·ne·s blanc·he·s dans les régions Mapuche du Chili. Les États-Unis, en particulier, seront également préoccupés par la manière dont la nouvelle constitution chilienne reflétera l'équilibre régional des forces de gauche et de droite. On peut donc s'attendre à une pression étrangère importante sur le processus, y compris des pressions sur les membres de la convention, des campagnes médiatiques et autres afin de limiter les dommages potentiels causés aux intérêts étrangers. Néanmoins, il est encourageant de constater que les dépenses de la droite pour le récent référendum ont été six fois supérieures à celles de leurs adversaires, sans parvenir à affaiblir le vote d'approbation.

Sursaut

Malgré ces défis, l'ampleur du soutien populaire dans un contexte de déliquescence institutionnelle signifie que la nouvelle constitution est susceptible de mettre en œuvre des mesures importantes qui transformeront l'avenir du Chili. Parmi les changements les plus probables figurent la nationalisation des industries minières et l'introduction de nouvelles règles environnementales. Nous pouvons nous attendre à des réformes majeures du code du travail permettant une plus grande reconnaissance et application des droits des travailleur·euse·s, ainsi qu'une plus grande reconnaissance des droits des autochtones en matière de langue et de culture, et peut-être un gain d’autonomie politique. La nouvelle constitution devrait également entraîner de réels changements pour les Carabineros et l'armée, notamment un contrôle civil accru sur la formation et le recrutement. L'éducation et le système de retraite ayant été au cœur du mécontentement populaire pendant de nombreuses années, il est probable que ceux-ci seront également nationalisés. La nouvelle constitution réformera aussi les institutions politiques, y compris les lois électorales.

Quels que soient les contours exacts de ce qui est à venir, nous sommes certain·e·s d'assister à la naissance d'une économie et d'un système politique plus égalitaires.

Mais cette victoire entraînera également d'importants changements culturels et sociaux. Nous pouvons nous attendre à ce que l'État soutienne davantage la culture et l'art. Tout étant remis en question, il ne fait aucun doute qu'un nouvel examen du passé aura lieu, de manière plus manifeste envers les personnes et les organisations qui avaient pris les armes contre la dictature. Jusqu'à présent, ces personnes ont été officiellement condamnées, et beaucoup d'entre elles ne peuvent toujours pas revenir au Chili parce qu'elles sont recherchées pour « terrorisme ». Cette parodie va sans aucun doute prendre fin, car el pueblo [le peuple] a désormais condamné le système qui justifiait cette position. Il est également très probable que nous verrons s’amplifier une demande de justice pour les Mapuches [« Peuple de la terre »] et les paysan·ne·s qui ont perdu leurs terres après le coup d'État. Il est très probable que le rôle des femmes au Chili soit également transformé, et nous pouvons nous attendre à une participation beaucoup plus importante des femmes à la politique et à la vie sociale, en raison de leur participation massive au mouvement de protestation.

L’aspect le plus important est peut-être que le peuple chilien s’est libéré de sa peur et a repris le devant de la scène. Le Chili s'est réveillé de son long coma et il fait enfin ses premiers pas vers un avenir délesté des chaînes avec lesquelles Pinochet et ses sbires avaient cherché à emprisonner le pays pour l'éternité.

Victor Figueroa Clark est un membre du comité de rédaction d'Alborada. Il a enseigné l'histoire à la London School of Economics et est un expert de l'histoire de la gauche latino-américaine. Il est l'auteur de Salvador Allende : Démocrate révolutionnaire.

Photo: Alborada

Aidez-nous a developper la Revue

La Revue est le seul réseau planétaire de publications progressistes et de perspectives communautaires.

Depuis notre lancement en mai 2020, la Revue a donné une résonance à plus de 100 articles provenant des principales publications progressistes du monde, traduits chacun dans au moins six langues, faisant ainsi connaître à un public mondial les luttes des peuples autochtones de l'Amazonie, des Palestinien·ne·s de Gaza, des féministes du Sénégal, et bien d'autres encore.

Avec plus de 150 traducteur·rice·s et une équipe éditoriale en pleine expansion, nous comptons sur nos contributeur·rice·s pour continuer à diffuser ces histoires de luttes communautaires et servir de relais aux forces progressistes du monde entier.

Aidez-nous à renforcer cette mission en effectuant un don à la Revue.

Support
Available in
EnglishGermanFrenchSpanishPortuguese (Brazil)TurkishItalian (Standard)
Author
Victor Figueroa Clark
Translator
Claire Debucquois
Date
20.11.2020

More in Politics

Politics

Solidarity Party of Afghanistan

Receive the Progressive International briefing
Privacy PolicyManage Cookies
Site and identity: Common Knowledge & Robbie Blundell