Statements

Fermez Red Hill tout de suite !

Déclaration sur les crimes de la marine américaine à Hawaii.
En ce moment même, le gouvernement américain commet un crime d'ampleur historique contre le peuple d’Hawaii.
En ce moment même, le gouvernement américain commet un crime d'ampleur historique contre le peuple d’Hawaii.

Dans l'installation de stockage de carburant en vrac de Red Hill, située à quelques mètres au-dessus de la zone métropolitaine d’Honolulu, la marine américaine a déversé des milliers de gallons de pétrole et de produits chimiques toxiques, empoisonnant les habitant·e·s, déplaçant des communautés entières et menaçant toute vie sur l'île d'Oʻahu.

Pourtant, le président Joe Biden garde le silence devant les tentatives flagrantes de dissimulation de la marine américaine. Nous, soussigné·e·s, réclamons la fermeture immédiate de l'installation de Red Hill et des réparations complètes pour ses victimes.

Depuis le début des années 1940, le site de Red Hill a laissé échapper dans les sols et les eaux de l'île au moins 180 000 gallons de carburant à base de pétrole. Il reste près de 200 millions de gallons dans les réservoirs souterrains qui fuient.

Les images qui émergent maintenant du site de la catastrophe ne peuvent passer inaperçues. L'eau potable empoisonnée a rendu malades des communautés entières. Des fumées émanent du sol et des robinets. Des centaines de familles ont quitté leur domicile ou ont été évacuées sans savoir où elles vivront désormais. 

Pourtant, la marine américaine persiste à rejeter les appels des résident·e·s et du gouvernement de l'État pour drainer les réservoirs restants. La santé de centaines de milliers de personnes à travers Oʻahu est menacée. Assurément, puisque les réservoirs se trouvent au-dessus de l'aquifère de fond d'O'ahu qui fournit de l'eau potable à plus de 400 000 personnes, de Hālawa à Hawaii Kai.

Mort, dévastation et déplacement. Tel est l'héritage de la militarisation de l'océan Pacifique. 

Sur l'atoll d'Eniwetok dans les îles Marshall, le gouvernement américain a construit la « Tombe », un cercueil nucléaire pour enterrer 88 000 mètres cubes de ses déchets radioactifs. Ces déchets se déversent aujourd'hui dans la mer. Des milliers de Micronésien·ne·s continuent de souffrir des effets des 67 armes atomiques et thermonucléaires ayant explosé dans les îles Marshall dans le cadre du programme d'essais nucléaires américain. De même, des milliers de Polynésien·ne·s souffrent toujours des conséquences physiques des essais nucléaires français dans les atolls de Moruroa et de Fangataufa, et au-delà.

Dans les îles Mariannes du Nord, l'armée américaine étend en toute impunité ses plans illégaux, visant à transformer plusieurs îles, territoire national du peuple autochtone chamorro, en zones sacrifiées pour les bombardements. Il en va de même à Guam, où l'armée américaine construit une toute nouvelle base du corps des Marines et rase une ancienne forêt calcaire pour y installer un complexe d'entraînement au tir réel.

Nous soutenons les Kānaka Maoli et tous les peuples autochtones du Pacifique dans leur lutte pour la libération, l’élimination des toxines, des bombes et des bases de leurs oppresseurs.

Pour l'instant, notre demande est simple : Fermez Red Hill ! Videz les réservoirs et réparez ce qu'ils ont détruit !

Signé,

Noam Chomsky, USA

Aruna Roy, Inde

Cornel West, États-Unis

Naomi Klein, Canada

Jeremy Corbyn, Royaume-Uni

Suzanne Coleman-Haseldine, Australie

Julian Aguon, Guam

Avi Lewis, Canada

Andres Arauz, Australie

Paola Vega, Costa Rica

Slavoj Zizek, Slovénie

John McDonnell, Royaume-Uni

Harsh Mander, Inde

Nnimmo Bassey, Nigeria

Nikhil Dey, Inde

Renata Ávila, Guatemala

Nick Estes, Tribu Sioux de Lower Brule

Scott Ludlam, Australie

Srečko Horvat, Croatie

Aidez-nous a developper la Revue

La Revue est le seul réseau planétaire de publications progressistes et de perspectives communautaires.

Depuis notre lancement en mai 2020, la Revue a donné une résonance à plus de 100 articles provenant des principales publications progressistes du monde, traduits chacun dans au moins six langues, faisant ainsi connaître à un public mondial les luttes des peuples autochtones de l'Amazonie, des Palestinien·ne·s de Gaza, des féministes du Sénégal, et bien d'autres encore.

Avec plus de 150 traducteur·rice·s et une équipe éditoriale en pleine expansion, nous comptons sur nos contributeur·rice·s pour continuer à diffuser ces histoires de luttes communautaires et servir de relais aux forces progressistes du monde entier.

Aidez-nous à renforcer cette mission en effectuant un don à la Revue.

Support
Available in
EnglishSpanishGermanItalian (Standard)Portuguese (Brazil)French
Translators
Nicole Gagnon and Roxane Valier-Brasier
Date
04.01.2022

More in Statements

Statements
2021-01-21

The IMF's austerity drive comes for the Central Bank of Ecuador

Receive the Progressive International briefing
Site and identity: Common Knowledge & Robbie Blundell