Politics

Le néo-fascisme en Italie : l'involution de l'Europe

Le triomphe de Meloni est un échec retentissant du projet européen et un nouveau revers quant à sa promesse de longue date de démocraties avancées, de droits humains, de culture et d'inclusion sociale pour tou·te·s.
En 1922, Benito Mussolini a formé et dirigé un gouvernement de coalition composé de divers partis de droite. Bien qu'il n'ait obtenu que 8,15 pour cent des voix, le chef du parti national fasciste est arrivé au pouvoir en forçant la main du roi savoyard avec la marche sur Rome des chemises noires. Un siècle exactement après cette « giornata particolare » (journée spéciale), Giorgia Meloni, une héritière spirituelle de Mussolini, est sur le point de présider le prochain gouvernement italien. Elle est la dirigeante et la rénovatrice du parti post-fasciste Fratelli d'Italia, qui trouve ses origines dans le MSI (Mouvement social italien) de Giorgio Almirante, un fasciste qui militait dans la République de Saló, le dernier bastion mussolinien allié aux nazi·e·s dans le nord de l'Italie.
En 1922, Benito Mussolini a formé et dirigé un gouvernement de coalition composé de divers partis de droite. Bien qu'il n'ait obtenu que 8,15 pour cent des voix, le chef du parti national fasciste est arrivé au pouvoir en forçant la main du roi savoyard avec la marche sur Rome des chemises noires. Un siècle exactement après cette « giornata particolare » (journée spéciale), Giorgia Meloni, une héritière spirituelle de Mussolini, est sur le point de présider le prochain gouvernement italien. Elle est la dirigeante et la rénovatrice du parti post-fasciste Fratelli d'Italia, qui trouve ses origines dans le MSI (Mouvement social italien) de Giorgio Almirante, un fasciste qui militait dans la République de Saló, le dernier bastion mussolinien allié aux nazi·e·s dans le nord de l'Italie.

Les grands médias italiens et européens ont tenté de minimiser la portée de cette élection glaçante en usant d’un langage travesti et euphémique. Certain·e·s définissent l'union de Meloni avec la xénophobe Ligue du Nord et le machisme-poutinisme de Berlusconi comme « le bloc de centre-droit », « la coalition de droite » ou « l'alliance conservatrice », tandis que d'autres, traînant les pieds par peur de ce que les autres pourraient dire, parlent du « triomphe de l'extrême droite ».

En réalité, nous sommes confronté·e·s à la victoire éclatante d'une coalition menée par une formation d'inspiration fasciste - qui conserve la flamme du tombeau de Mussolini dans son logo - dans la troisième économie de l'Union européenne. Ce n'est pas seulement l'extrême droite : c'est le fascisme éternel tel que théorisé par Umberto Eco qui revient au pouvoir, mais en revêtant d'autres habits et d'autres apparences. Cette fois-ci, en tant que jeune femme issue d'un quartier pauvre, et alliée de l'internationale post-fasciste (américaine, polonaise, hongroise, française, espagnole). Et, ne l'oublions pas, elle est soutenue sans vergogne par les médias autrefois antifascistes et les partis chrétiens-démocrates ou conservateurs.

La victoire incontestée de Meloni, passant de 4,4 pour cent des voix en 2018 à 26,2 pour cent en 2022, représente donc la normalisation définitive des partis néo-fascistes au cœur de l'Europe. Il ne s'agit plus de la lointaine Hongrie ou de la Pologne ultra-catholique. L'Italie est un membre fondateur de l'Union européenne. Le triomphe de Fratelli d'Italia est, au sens le plus profond du terme, un échec retentissant du projet européen et un très sérieux revers quant à sa promesse de longue date de faire progresser la démocratie, les droits humains, la culture et l'inclusion sociale pour tou·te·s. Ce postulat fondateur a été en partie avorté par la gestion désastreuse de la crise de 2008 par l'Allemagne, qui a décidé de punir les citoyen·ne·s pour les excès du secteur financier et d'humilier Syriza en Grèce, alimentant ainsi l'expansion de l'extrême droite sur tout le continent. On récolte ce que l'on sème. 

Le taux d'abstention de 36 pour cent, le plus élevé depuis que l'Italie a laissé la guerre mondiale derrière elle avec sa Constitution antifasciste, nous rappelle également que le néofascisme, comme le fascisme il y a un siècle, bénéficie toujours de trois facteurs étroitement liés : le blanchiment de son idéologie anti-démocratique par les grands médias et leurs propriétaires, la lassitude et la désaffection d'un électorat qui ne se sent obligé de participer aux affaires publiques qu'en choisissant un bulletin de vote tous les quatre ans et l'abandon par la social-démocratie des politiques de redistribution et de son ancienne vocation de justice sociale en embrassant sans équivoque le dogme du capitalisme sadique.

Personne ne devrait être trompé par la modération feinte de Meloni dans son discours d'acceptation de la victoire. Comme on a pu le constater lors du meeting électoral de Vox en Andalousie, elle est une véritable tête brûlée, et son projet présente des dangers indéniables pour les minorités. Son plan consiste à saper les droits des femmes, des collectifs LGTBI, des immigrant·e·s et des plus pauvres de la société afin de favoriser les grandes entreprises, l'Église la plus réactionnaire et d'autres forces qui veulent moins de démocratie et non plus. Son triomphe est une terrible nouvelle mais, en fin de compte, il est logique. La dynamique de la guerre accélère l'involution de l'Europe, et l'Italie a toujours été, pour le meilleur et pour le pire, le plus précoce des laboratoires politiques. Après le ventenium Berlusconi et presque une décennie de fausse technocratie sociale-démocrate, les néo-fascistes, une fois qu'iels ont reconnu l'OTAN et l'austérité, sont des candidat·e·s parfait·e·s pour gérer la nouvelle exceptionalité. Ainsi, l'Italie se dirige vers un gouvernement aux accents autoritaires qui sera le principal élément d'un axe néofasciste étrange : Rome-Budapest-Varsovie.

Même s'il ne sert à rien de pleurer sur le lait renversé, Nanni Moretti avait raison lorsqu'il a demandé à D'Alema de dire « quelque chose de gauche » !

Aidez-nous a developper la Revue

La Revue est le seul réseau planétaire de publications progressistes et de perspectives communautaires.

Depuis notre lancement en mai 2020, la Revue a donné une résonance à plus de 100 articles provenant des principales publications progressistes du monde, traduits chacun dans au moins six langues, faisant ainsi connaître à un public mondial les luttes des peuples autochtones de l'Amazonie, des Palestinien·ne·s de Gaza, des féministes du Sénégal, et bien d'autres encore.

Avec plus de 150 traducteur·rice·s et une équipe éditoriale en pleine expansion, nous comptons sur nos contributeur·rice·s pour continuer à diffuser ces histoires de luttes communautaires et servir de relais aux forces progressistes du monde entier.

Aidez-nous à renforcer cette mission en effectuant un don à la Revue.

Support
Available in
EnglishSpanishGermanPortuguese (Brazil)French
Translator
Roxane Valier-Brasier
Date
04.10.2022

More in Politics

Politics
2020-05-28

Lula da Silva & Celso Amorim: For a Multipolar World

Receive the Progressive International briefing
Site and identity: Common Knowledge & Robbie Blundell