Economy

UK Aid aide le dictateur égyptien à privatiser des « "secteurs protégés »" de l'économie.

La Grande-Bretagne utilise son budget d'aide au développement pour soutenir l'un des gouvernements les plus répressifs du monde, pour vendre des biens publics à des investisseurs étrangers et pour tisser des liens  avec le régime brutal en l'Égypte.
Le dictateur égyptien Abdul Fattah al-Sissi a pris le pouvoir en 2014 suite à un coup d'État militaire qui a renversé le premier dirigeant égyptien élu démocratiquement l'année précédente. Depuis lors, il a commandé la répression des droits humains dans ce pays d'Afrique du Nord, enfermant des milliers de prisonnier·e·s politiques. Les arrestations arbitraires et la torture sont généralisées.
Le dictateur égyptien Abdul Fattah al-Sissi a pris le pouvoir en 2014 suite à un coup d'État militaire qui a renversé le premier dirigeant égyptien élu démocratiquement l'année précédente. Depuis lors, il a commandé la répression des droits humains dans ce pays d'Afrique du Nord, enfermant des milliers de prisonnier·e·s politiques. Les arrestations arbitraires et la torture sont généralisées.

L’Egypte de Sissi, qui doit  abriter la Conférence sur le changement climatique (la COP27)  le mois prochain, est en proie à une « crise des droits humains », selon Amnesty.

Parmi les détenu·e·s du régime se trouve  le militant britannique pro-démocratie, Alaa Abdel Fattah, en grève de la faim depuis le mois d’avril. Sa famille s’inquiète  qu’il  s’éteigne sous peu.

La Grande-Bretagne s'est rapprochée du régime égyptien au fur et à mesure que la répression s'intensifiait. Fin 2020, le  directeur du MI6, Richard Moore, a rencontré Sissi au Caire afin de discuter de la « coopération en matière de renseignement ».

Des officiers supérieurs du MI5  et du  MI6 forment des espions égyptiens chaque année dans une base militaire du Royaume- Uni située au nord de Londres.

Mais, l'aide au développement britannique représente un autre volet de l'engagement britannique dans le pays. Le programme d'aide britannique en Égypte énumère sa principale priorité : aider « les organismes publics à devenir des entités indépendantes » et ouvrir les secteurs protégés aux investissements étrangers/privés.

Il coûte à peu près 14 millions de livres sterling par an, dont 98 % émanant  du budget d'aide au développement de la Grande-Bretagne. 

L’objectif du volet économique du programme d’aide dont le coût s’élève à environ 4 millions de livres sterling par an, est celui de « réaliser des réformes structurelles »  au sein de l’économie égyptienne.

Le programme est planifié en étroite coordination avec le régime égyptienne dans le but d’aider Sissi avec « ses  reformes prioritaires ».

Le programme est géré par le biais du Fonds  pour les conflits, la sécurité et la stabilité (CSSF), un fonds  intergouvernementale dont l’objectif déclaré est de  prévenir «  les cas d’instabilité susceptibles de menacer les  intérêts du Royaume-Uni ». 

Le Conseil national de sécurité, présidée par le Premier ministre, définit l'orientation stratégique du fonds. Mais une commission parlementaire a constaté que le CSSF « servait de  ‘"caisse noire"  au profit de projets » qui « ne remplissent pas les critères de la sécurité nationale du Royaume Uni ».”

Une campagne de privatisation

L’Egypte possède beaucoup de biens convoités, depuis longtemps contrôlés par l’Etat ou par l’armée. Le régime de Sissi en préconise la privatisation.

En 2018, au début du programme d’aide du  CSSF,  l’Egypte a dressé une liste de 23 entreprises publiques qu’il fallait privatiser. En janvier de cette année, le Ministre égyptien du Plan a signalé que chaque mois, le pays mettrait en vente des participations dans ces  entreprises.

Au mois de mai, le Premier ministre  Mostafa Madbouli a annoncé une autre série de privatisations. M. Madbouli a ainsi prévu que dix entreprises publiques et deux entreprises appartenant à l'armée seraient cotées en bourse cette année.

L'aide au développement britannique encourageant la privatisation est canalisée par deux projets de la Banque mondiale en Égypte. Le plus coûteux est un « "partenariat stratégique»" avec la Banque mondiale. 

L'autre finance la Société financière internationale (IFC), la branche de la Banque chargée des prêts au secteur privé, qui insiste sur la privatisation des services publics et qui subventionne les oligarques partout dans le monde. 

Le cadre de partenariat par pays de la Banque mondiale, soutenu par l'aide britannique, cherche à « améliorer le climat des affaires pour les investissements privés ». Il encourage également « "les réformes du climat d'investissement afin de  renforcer  la confiance des investisseurs et de faciliter  une participation accrue du secteur privé »".

Et le cadre de partenariat de noter que la  Banque mondiale « "cherchera à encourager... les investissements privés transfrontaliers dans les domaines de l’énergie et de l'eau »". 

Le programme égyptien semble être un exemple de plus de la façon dont le budget d’aide au développement britannique est politisé afin de poursuivre les objectifs  des Etats et des entreprises sous couvert d’altruisme. Il est également un exemple de plus de ce que l’on appelle « le néolibéralisme autoritaire », à savoir la privatisation généralisée imposée par des dictateurs soutenus par le Royaume Uni.

 La Grande-Bretagne soutient la plupart des régimes autoritaires du monde et s’appuie le plus souvent sur son poids diplomatique et son budget d’aide au développement pour insister auprès de ses allié·e·s à  privatiser leurs actifs publics et à autoriser  les entreprises britanniques à investir.

Les intérêts du Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est l'un des principaux investisseurs en Égypte, le chiffre total s'élevant à environ 50 milliards de livres sterling et avec 2000 sociétés britanniques opérant sur le marché égyptien.

Le gouvernement du Royaume- Uni a fait des pieds et des mains pour que les entreprises s'installent en Egypte depuis la prise du pouvoir par Sissi en créant en 2019 un Forum des investisseurs britanniques pour encourager les investissements.

À l'époque, la répression s'intensifiait. Cette année-là, Human Rights Watch a noté que les «forces de sécurité de Sissi ont intensifié une campagne d'intimidation, de violence et d'arrestations à l'encontre des opposant·e·s politiques, des militant·e·s de la société civile et de nombreuses autres personnes qui ont simplement exprimé  de légères critiques contre le du gouvernement ».

L'investissement phare pour le gouvernement britannique en Égypte est celui de la société pétrolière BP, qui opère dans le pays depuis près de 60 ans. « Nous sommes devenus un pilier majeur de l'industrie énergétique du pays »", note l'entreprise. 

Au cours de cette période, le géant pétrolier britannique, qui est proche du Ministère des Affaires étrangères et du MI6, a produit près de 40% du pétrole égyptien. A l'heure actuelle, la société produit 50% du gaz du pays.

L'ancien directeur du MI6, Sir John Sewers, a rejoint le conseil d'administration de BP en 2015, l'année après avoir quitté le renseignement britannique. Il a été payé 699 000 livres sterling par l'entreprise au cours des quatre années suivantes.

En 2015, l'année suivant la prise de pouvoir par Sissi, BP a annoncé un nouvel investissement de 9 milliards de dollars dans le développement gazier du delta du Nil occidental, qui compte cinq champs gaziers. Selon la société, ses investissements reflétaient « un vote de confiance dans le climat d’investissement et le potentiel économique de l’Egypte. »

Actuellement, BP détient une participation de 83 % dans ce projet, qui représente 25 % de la production gazière de l'Égypte.

Au moment de l’investissement, Sissi renforçait son pouvoir par des moyens  brutaux. «La crise des droits humains en Egypte, la plus sérieuse dans l’histoire moderne du pays, s’est poursuivie sans relâche pendant toute l’année 2014 », a observé Human Rights Watch.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré à Declassified qu'il abordait régulièrement les questions relatives aux droits humains avec l'Égypte, mais n'a pas voulu faire de commentaire officiel.

Matt Kennard est enquêteur en chef à Declassified UK. Il a été membre puis directeur du Centre for Investigative Journalism à Londres. Suivez-le sur Twitter @kennardmatt

Aidez-nous a developper la Revue

La Revue est le seul réseau planétaire de publications progressistes et de perspectives communautaires.

Depuis notre lancement en mai 2020, la Revue a donné une résonance à plus de 100 articles provenant des principales publications progressistes du monde, traduits chacun dans au moins six langues, faisant ainsi connaître à un public mondial les luttes des peuples autochtones de l'Amazonie, des Palestinien·ne·s de Gaza, des féministes du Sénégal, et bien d'autres encore.

Avec plus de 150 traducteur·rice·s et une équipe éditoriale en pleine expansion, nous comptons sur nos contributeur·rice·s pour continuer à diffuser ces histoires de luttes communautaires et servir de relais aux forces progressistes du monde entier.

Aidez-nous à renforcer cette mission en effectuant un don à la Revue.

Support
Available in
EnglishGermanPortuguese (Brazil)FrenchSpanishTurkish
Author
Matt Kennard
Translators
Fatoumata Toure and Antoine Gaboriau
Date
01.11.2022

More in Economy

Economy
2020-08-14

Alves & Kvangraven: Reclaiming Economics After Covid-19

Receive the Progressive International briefing
Site and identity: Common Knowledge & Robbie Blundell