Announcements

Le G20 se rassemble. La justice en matière de dette est notre exigence.

« Réduire la dette, stimuler l'investissement et rendre justice à tous les peuples du monde. »
Alors que le G20 se réunit pour discuter de la reprise économique mondiale, le groupe Debt Justice appelle à une rupture radicale avec l'extraction et l'austérité, et propose un nouveau système à sa place.
Alors que le G20 se réunit pour discuter de la reprise économique mondiale, le groupe Debt Justice appelle à une rupture radicale avec l'extraction et l'austérité, et propose un nouveau système à sa place.

Un tsunami de dettes s'est abattu sur le monde, et des milliards de personnes se noient. Cette semaine, le G20 se réunira pour décider de l'orientation de la reprise économique mondiale. Leur pouvoir - et leur responsabilité - vont dans le même sens : réduire la dette, stimuler les investissements et rendre justice à tous les peuples du monde.

La pandémie a accéléré les inégalités sur la planète. Les travailleur·euse·s ont perdu 3,7 billions de dollars de revenus, tandis que les milliardaires ont augmenté leur richesse de 3,9 billions de dollars. Les pays riches ont investi des billions de dollars pour gonfler leur économie. Mais les pays pauvres ont été paralysés par un déficit de financement de 2,5 billions de dollars qui a empêché une réponse suffisante à la pandémie.

Sur plus de 13 000 milliards de dollars consacrés à la lutte contre la pandémie dans le monde, moins de 1 pour cent est allé au Sud global.

Mais ça peut être bien pire. Avant la pandémie, 64 pays à faible revenu dépensaient déjà plus pour le service de leur dette internationale que pour le renforcement de leurs systèmes de santé locaux. Aujourd'hui, le poids de leur dette publique a augmenté d'environ 1 900 milliards de dollars, soit quatre fois la taille de l'économie subsaharienne.

La capacité d'emprunter de l'argent est essentielle à la capacité du gouvernement. Cependant, la domination des monnaies impériales comme le dollar américain signifie que les gouvernements du Sud global doivent emprunter dans une devise étrangère - et ces dettes sont assorties de taux d'intérêt plus élevés que ceux de leurs voisins étrangers.

Même en période de prospérité, l'économie mondiale s'efforce de soutirer de l'argent au Sud pour le livrer au Nord.

Mais lorsque les crises frappent, les monnaies du Sud perdent de la valeur par rapport au dollar, en même temps que les recettes publiques se tarissent. Le résultat est un compromis mortel. Rembourser la dette signifie détruire le filet de sécurité sociale, un filet qui se situe entre des milliards de personnes et la grande pauvreté. Mais le défaut de paiement peut être encore pire : les pays pauvres risquent de perdre leur capacité d'emprunt à l'avenir, ce qui ne fait que garantir la disparition du filet de sécurité dont ils disposent aujourd'hui.

En tant que principaux créanciers du monde, les gouvernements du G20 n'ont pas fait grand-chose pour régler ce compromis mortel. En 2020, le G20 n'a suspendu que 1,66 pour cent du total des paiements de la dette dus par les pays à faible revenu. Au lieu de cela, ils ont protégé le pouvoir des fonds vautours et ont empêché les créanciers de collecter l'argent qui est désespérément nécessaire pour la réponse, la reprise et l'action climatique.

Le G20 a maintenant proposé un « Cadre Commun » pour faire face à la crise de la dette émergente. Cette offre est un ultimatum. Il faut soit renouveler le cercle vicieux - de l'endettement, de l'austérité et de la privatisation - soit entrer dans un effondrement financier complet.

Le Cadre Commun du G20 n'est pas une bouée de sauvetage pour les gouvernements du Sud global. Il est la prison de leurs débiteurs.

On doit briser ce système d'exploitation néocolonial - et le remplacer par un système centré sur la justice de la dette et la mise en place de transitions vertes et justes partout.

Quelles sont donc nos exigences à l'égard du G20 ?

Tout d'abord, chaque créancier doit participer. Rien qu'au cours des dix dernières années, des créanciers privés comme BlackRock et Glencore ont doublé leur part de la dette publique à faible revenu. Le G20 doit obliger tous les créanciers à s'asseoir à la table des négociations et à mettre fin à leur exploitation du désespoir des gouvernements.

Deuxièmement, le G20 doit donner à tous les pays la possibilité de restructurer leur dette - et pas seulement à ceux que les créanciers jugent suffisamment bon marché. Le système d'allégement de la dette du G20 sert les intérêts des créanciers qui font de faibles concessions aux pays « moins chers » tout en laissant les autres s'enfoncer plus profondément dans la crise. Tout pays qui en fait la demande doit pouvoir bénéficier d'un processus de rééchelonnement de la dette.

Troisièmement, le système de sauvetage de la dette doit passer des mains des créanciers à une surveillance transparente et multilatérale. Le secret et la complexité ne protègent les créanciers qu'au détriment de l'autodétermination.

Quatrièmement, le système ne peut être mesuré par un « cadre de viabilité de la dette » conçu par les créanciers eux-mêmes. Nous avons besoin d'évaluations indépendantes de la dette qui intègrent les préoccupations fondamentales des débiteurs en matière de santé, de bien-être et de développement.

Cinquièmement - et c'est essentiel - le G20 doit aller de l'avant avec une véritable annulation de la dette. Il ne s'agit pas d'une crise de liquidité à court terme. Seules des annulations à grande échelle permettront de ramener la dette à des niveaux viables et de relancer la reprise.

Sixièmement, le G20 doit mettre un terme définitif à l'austérité. Les conditionnalités d'austérité ont exposé les pays à des vagues de crises, intensifié les inégalités et vidé les systèmes de santé publique. Il est temps d'ouvrir les robinets pour assurer des transitions vertes et justes partout.

Le G20 va essayer de nous dire qu'il fait tout ce qu'il peut, que nous devons lui être reconnaissants de ses efforts. Mais le monde ne souffre pas d'un manque de ressources. Nous souffrons parce que des sommes colossales sont versées dans les poches de quelques-un·e·s. Ce ne sont pas les idées qui manquent pour inverser ce flux. Ce qui nous manque, c'est la volonté politique, et nous n'arrêterons pas tant que nous ne l'aurons pas.

Varsha Gandikota-Nellutla est coordinatrice du Collectif de Justice en matière de dette de l'Internationale Progressiste. Elle est également coordinatrice du Plan de l'Internationale Progressiste et membre de son cabinet. Varsha est originaire d'Hyderabad, en Inde.

Aidez-nous a developper la Revue

La Revue est le seul réseau planétaire de publications progressistes et de perspectives communautaires.

Depuis notre lancement en mai 2020, la Revue a donné une résonance à plus de 100 articles provenant des principales publications progressistes du monde, traduits chacun dans au moins six langues, faisant ainsi connaître à un public mondial les luttes des peuples autochtones de l'Amazonie, des Palestinien·ne·s de Gaza, des féministes du Sénégal, et bien d'autres encore.

Avec plus de 150 traducteur·rice·s et une équipe éditoriale en pleine expansion, nous comptons sur nos contributeur·rice·s pour continuer à diffuser ces histoires de luttes communautaires et servir de relais aux forces progressistes du monde entier.

Aidez-nous à renforcer cette mission en effectuant un don à la Revue.

Support
Available in
EnglishFrenchItalian (Standard)SpanishGermanPortuguese (Brazil)TurkishPortuguese (Portugal)Hindi
Author
Varsha Gandikota-Nellutla
Translators
Alicja Markowska and Roxane Valier-Brasier
Date
25.02.2021

More in Announcements

Announcements

Announcing the Covid-19 Response Collective

Receive the Progressive International briefing
Privacy PolicyManage CookiesContribution Settings
Site and identity: Common Knowledge & Robbie Blundell